Poésie : Une certaine idée du monde

reseaux-sociaux

réseaux-sociaux

Le monde est chaque jour encore un peu moins grand
Il a bien rétréci, et l’on peut désormais
Être en Amazonie ou en Afghanistan
Danser la tarentelle ou chanter irlandais

L’illusion est totale, la distance est minime
Plus rien n’est un écueil pour un rassemblement
Quand au nom d’une idée toute une foule s’anime
Et se disperse enfin, chacun s’en repartant

Pourtant l’être est bien seul, l’âme est en perdition
Les havres proposés nous accueillent en troupeaux
Parfois en religion ou même en bataillons
Et notre solitude est avant tout fardeau

Il faut donc un coupable pour calmer la douleur
Souffrir est suffisant pour justifier alors
Que c’est l’autre qui doit compenser tous nos pleurs
En payant notre dû même au prix de son corps

Les hommes ont-ils compris que la guerre est bien vaine
Et qu’avoir ennemi c’est sacrifier un frère
Que vengeance et mépris sont creuset de la haine
Quand au nom des idées ils divisent la Terre ?

L’ami, auteur laisse à chacun la liberté d’apprécier ou non, de diffuser ou pas.

Ce contenu a été publié dans textes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *