Aide documentaliste de Vichy licenciée pour son coup de gueule sur Facebook

iicencié ndex

Soutenez notre collègue en CAE/CUI qui s’est fait virer d’une façon odieuse et injuste.

Que toutes/tous les AED, les AESH, les ex AVS, les AVS et les EVS se manifestent et se mobilisent pour la soutenir et dénoncer les conditions de travail et les injustice de tous les jours qui sont vécues, dans certains établissements scolaires, par de trop nombreux personnels précaires.

C’est le moment de réagir collègues qui souffrez de vos conditions de travail inadmissibles à tous les nivaux : absence de formations, heures travaillées non payées, salaires indignes, déni de reconnaissance du métier …

 

L’article de la Charente libre

charente index

Une employée d’un établissement scolaire de l’agglomération de Vichy (Allier) a été licenciée à la suite de conversations tenues sur sa page Facebook, a-t-on appris ce mercredi auprès de l’intéressée et du rectorat.

En septembre dernier, cette salariée, qui souhaite garder l’anonymat, avait été embauchée dans un établissement comme aide-documentaliste, dans le cadre d’un contrat aidé. « Tout se passait bien. J’avais même monté des projets avec des élèves », relate cette femme de 39 ans.

Ni le rectorat ni la jeune femme ne souhaitent donner le nom de l’établissement concerné. Confirmant le licenciement de l’employée pour « faute lourde », le rectorat a simplement précisé qu’elle aurait pu être aussi poursuivie pour diffamation, mais que ce n’était pas le cas.

En novembre dernier, elle entend les propos désobligeants de certains professeurs lors d’un déjeuner au réfectoire. « Ils se moquaient des élèves, les traitaient de « bulots ». Ils y avaient des élèves dans la salle qui pouvaient écouter, ça allait trop loin, d’autant que ce n’était pas la première fois », explique cette mère de famille.

L’aide-documentaliste se connecte le soir-même sur Facebook et lance un coup de gueule. « J’ai mis comme statut: « Combien de profs dans l’Éducation nationale à être désabusés? ». Je ne m’attaquais pas à l’établissement, ni n’insultais personne, je voulais juste ouvrir un débat », dit-elle…

Lire la suite de l’article ici

 

Ce contenu a été publié dans Appels, communiqué. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *