Daniel Mermet : « On ne peut pas suivre deux enterrements à la fois »

 

C’est deux enterrements

deux enterrements qui tombent nez à nez
face à face
Le premier c’est un enterrement très très important
c’est l’enterrement du roi du pétrole
le bien aimé patron de Total
mort accidentellement
Hommage de la Nation unanime
Hommage de TOUS les médias
Hommage de la terre entière
hommage vibrant

Le deuxième enterrement
c’est celui de Rémi Fraisse, 21 ans
tué par une grenade offensive tirée par un gendarme
lors d’une manif contre un barrage
Hommage de la nation beaucoup moins unanime
hommage des médias beaucoup moins vibrants
Le premier ministre parle de casseur
on parle de bavure
on dit que , si l’on veut mourir pour des idées
il faut bien assumer

A l’enterrement du roi du pétrole
on l’a peu souligné, il y avait des oiseaux endeuillés
des mouettes, des goélands tout en noir
le noir de la marée noire
le noir de l’ERIKA
le naufrage pour lequel Total a été condamné
C’étaient des oiseaux du parti des oiseaux
le parti de Rémi , le parti des « djihadistes verts »
selon l’expression du très malin Xavier Beulin
de la FNSEA

Passé le respect pour les morts
ces deux figures sont devenues les symboles de notre présent
deux symboles inconciliables
il faut choisir son camp
l’assassinat ou l’accident
L’oligarchie du pays a choisi
le cynisme, la violence,le mépris
et tout ce qui dégoûte et qui fait gonfler les narines de Marine

Alors choisi ton camp, camarade
le vent se lève
il n’y a pas d’arrangement
cours camarade
les oiseaux noirs en mourant te regardent
cours
le vieux monde est derrière toi

(Daniel Mermet.29. 30 2014)

Ce contenu a été publié dans communiqué, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *