NON à l’exploitation du gaz de houille dans le bassin minier à Divion

Le saviez-vous ? Êtes-vous d’accord ?

Dans le Nord/Pas-de-Calais, Gazonor exploite le gaz de mine depuis 30 ans. C’est le gaz qui sort –sans forage- des puits des anciennes mines ; bien sûr, il faut continuer à l’exploiter pour que le grisou ne s’échappe pas dans l’atmosphère.

Gazonor veut maintenant aller chercher plus profondément du gaz dans des zones qui n’avaient pas été exploitées pour le charbon : le gaz de couche, gaz non conventionnel. Des travaux de forage pour l’exploration « gaz de couche » ont été autorisés sur la commune d’Avion au lieu-dit « Le Forest » (parcelle 62 section AX sur le cadastre) à une profondeur de 1530 mètres ; un autre forage a été autorisé à Divion. La société EGL ferait les forages d’exploration ; si le charbon contenu dans ces veines est riche en méthane (ce qu’affirment les géologues de la région), la main passerait, pour l’exploitation,  à Gazonor -qui envisage 150 forages sur la région Nord/Pas de Calais ;  le gaz sera utilisé pour fabriquer de l’électricité !

Pourquoi n’avez-vous eu aucune information sur ce projet ?

Il faut savoir aussi  que :

  • Le gaz ne remontera pas forcément par le forage mais aussi par toutes les failles et fissures naturelles des roches avec un risque de pollution des nappes phréatiques. Dans les pays qui exploitent déjà les gaz de couche, les forages induisent des séismes ; dans une région dont le sous-sol a été transformé en gruyère par l’exploitation du charbon, les dégâts pourraient être considérables. Le recours à la fracturation hydraulique est la règle pour exploiter ces gaz avec une rentabilité maximale dans les autres pays.
  • Les nuisances sonores et visuelles seront loin d’être négligeables.
  • Ce projet ne créera que quelques emplois (un ou deux par forage).
  • La société EGL a déjà foré quatre puits en Lorraine : quatre échecs ! Aucun résultat probant pour le moment. Pourquoi autant de précipitation à forer dans le Nord/Pas de Calais ?
  • D’autres permis d’exploration pour le « gaz de couche » ont été accordés dans le Jura et dans le sud de la France.

Au moment où les experts lancent des cris d’alerte sur les changements climatiques, l’heure n’est plus à la recherche de nouvelles énergies fossiles. Une véritable transition énergétique serait bien plus porteuse d’emplois locaux (isolation des bâtiments, etc..).

Mobilisons-nous pour empêcher ce qui pourrait bien devenir une nouvelle catastrophe environnementale pour la région et aller dans le sens de l’augmentation des gaz à effet de serre.

Contact :

Christine Poilly : 06 21 68 30 87 ; Pierre Rose : 06 14 55 09 12

NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille

Les collectifs « NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille » réunis en coordination nationale à Merlieux et Fouquerolles (02) les 5 et 6 avril 2014,  réaffirment à l’occasion de la nomination du nouveau gouvernement,  leur opposition à l’exploration et l’exploitation des huiles et gaz de schiste et de houille.

Inquiétude et vigilance traduisent la position des collectifs sur la feuille de route ministérielle concernant la loi sur la transition énergétique, car elle ne fait  aucune mention de l’efficacité et de la sobriété qui sont prioritaire dans toute réflexion sur le sujet. Cette loi ne doit pas nous imposer de nouvelles sources d’énergies fossiles (telles que les pétrole et gaz de schiste et de houille). Pour nous, l’abandon des énergies fossiles doit être un des points forts de la future loi, afin de lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

Quant à la réforme du Code Minier, elle ne peut être adoptée  par ordonnance mais doit être l’occasion d’un véritable débat démocratique et parlementaire.

Dans le prolongement de la rencontre euro-méditerranéenne de Saint-Christol-lez-Alès de mars dernier, les participants ont élaboré une position commune qui se traduira aux prochaines élections européennes, par une campagne d’interpellation des candidats, portant sur nos luttes mais aussi sur les traités de libre échanges en cours de négociations (TAFTA…).

Concernant les permis, nous demandons le non-renouvellement du permis de Château-Thierry (dont l’échéance est juin 2014), et le rejet de la demande du permis d’exploration dit « de Soissons », qui concernent du pétrole de schiste, vu les couches géologiques ciblées.

Dans le Nord / Pas-de-Calais, l’exploration des gaz de couche, par forage est imminente et pourrait déboucher sur l’exploitation de tous les bassins miniers français.

C’est pourquoi les collectifs appellent à la mobilisation du 13 Avril, à Divion (62).

Des alternatives aux hydrocarbures existent. Sortons des schémas archaïques et productivistes et de la frénésie extractiviste !

NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTE ET DE HOUILLE

NI ICI, NI AILLEURS, NI AUJOURD’HUI, NI DEMAIN !

Contacts presse
Aisne : Gazpart :               Rossano Pulpito    06 26 77 00 67
Nord/Pas-de-Calais :         Christine Poilly     06 21 68 30 87
Ile-de-France :                  Julien Renault       06 75 60 59 34

 Collectifs signataires : Collectif stop gaz de schiste Anduze(30), Collectif citoyen Ile-de-France non aux gaz et pétrole de schiste et de couche,Collectif Houille ouille ouille 59/62 et GazHouille (62), Collectif GAZPART  et CARMEN (02), Collectif Causse Méjean (48), FRAPNA Drôme.

  http://www.nongazdeschiste.fr/

Ce contenu a été publié dans Agenda, communiqué. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *