Soutien aux sans papiers lillois en grève la faim depuis 40 jours. Quelques articles du CSP 59

Le préfet doit prendre en compte la grève de la faim !

«Camarades, la victoire va arriver, on est presque arrivé. Il ne reste pas grand-chose et selon notre détermination sera le résultat. Courage mes frères et sœurs ».

Voilà le message d’encouragement par sms que les grévistes de la faim s’envoient entre eux et elles et aux manifestants sans papiers, soutiens et militants qui manifestaient ce samedi 8 décembre.

En retour les manifestants faisaient parvenir aux sans papiers grévistes les images filmées de la manifestation.

Ayant appris que 6 sans papiers grévistes avaient été expulsés du foyer de Dunkerque où la préfecture les a mis, la manifestation s’est rendue au CHR pour découvrir que les 6 avaient été transférés au foyer de la rue Lambersart.

Certes la préfecture en recevant une délégation du CSP59 le jeudi 6 décembre a montré sa nouvelle disposition de prendre en compte la revendication qui dure depuis 2007 de droit à la défense argumentée des dossiers tous les mois du mouvement social, citoyen, anti-raciste et antifasciste qu’est l’auto-organisation des sans papiers composante indéniable de la société civile.

Cette ouverture de la préfecture que le CSP59 apprécie et partage doit trouver ABSOLUMENT son prolongement par la prise en compte de la grève de la faim qui a démarré le 2 novembre dernier.

Partant des engagements électoraux du président Hollande, à savoir «  pas de régularisation massive et cas par cas juste », le CSP59 a fait une proposition de sortie de la grève de la faim qui permet de rester dans le cadre de la circulaire.

Le CSP59 demande à la préfecture d’arrêter la stratégie qui consiste à transférer les grévistes de la faim des hôpitaux aux foyers d’hébergement de la région Nord-Pas-de-Calais avant parfois de les jeter à la rue aux portes des hôpitaux sous ce grand froid et tout cela dans le but de les fatiguer, de les décourager et les pousser à l’abandon. Ce que l’utilisation du GIPN (censé être un corps d’élite spécialisé dans la lutte contre les terroristes) n’a pas obtenu lors de l’évacuation du temple de l’église réformée ne saurait être obtenu en maltraitant les grévistes de la sans papiers et en essayant de dénaturer leur lutte en besoin de SDF.

Le CSP59 demande à la préfecture de prendre en compte sa proposition afin que la souffrance et la dégradation de la santé des grévistes de la faim soient écourtées, sans compter que le risque d’accident grave devient de plus en plus important au fil des jours de grève de la faim. Les 50 jours sont toujours un tournant dans une grève de la faim qui voient certains grévistes basculer dans le suicidaire parce que voyant dans l’interlocuteur qui doit répondre à sa revendication le mépris pour sa santé et sa vie.

Le cynisme fasciste des Le Pen et du FN faisant du chantage sur les soi-disant « appel d’air des régularisation » doit être démasqué comme un mensonge manipulateur. En effet régulariser dans un contexte de grève de la faim et permettre l’exercice du droit à la défense argumentée des dossiers a permis de 2004 à 2007 sur la base de l’accord DELARUE de ne pas pousser les sans papiers au désespoir et donc à la grève de la faim. Ceci est tellement vrai que la grève de la faim a été provoquée par le préfet Sarkoziste de 2007, M. CANEPA, lorsqu’il a fait rafler 60 sans papiers occupants et mis en vain dans un avion pour les expulser trois d’entre eux dont 1 annoncés régularisés.

Le CSP59 appelle à la poursuite de la MOBILISATION SOLIDAIRE AVEC LES GREVISTES DE LA FAIM SANS PAPIERS PAR DES MANIFESTATIONS LES PLUS MASSIVES POSSIBLES:

Dimanche 09/12/12 à 11h au Marché Wazemmes au 39éme jour

Lundi 10/12/12 à 18h à Place de la République au 40éme jour

Mardi 11/12/12 à 18h à Place de la République au 41éme jour

Mercredi 12/12/12 à 18h à Place de la République au 42éme jour

Jeudi 13/12/12 à 18h à Place de la République au 43éme jour

Vendredi 14/12/12 à 18h à Place de la République au 44éme jour

Samedi 15/12/12 à 18h à Place de la République au 45éme jour

La préfecture s’acharne sur les sans papiers grévistes de la faim!

Hier soir, dans la nuit du 10 au 11 décembre, 10 sans papiers au 40eme jour de leur grève de la faim ont été jetés à terre devant les urgences de l’hôpital Salengro. Les responsables de l’hôpital  ont menti en déclarant que ce sont les grévistes  qui ne voulaient pas rester à l’hôpital. La mobilisation des sans papiers, des soutiens, et la détermination des grévistes de la faim a conduit les autorités hospitalières à les ramener à l’intérieur.

Dès ce matin, 8h30, les grévistes de la faim sont expulsés à nouveau de l’hôpital et jetés à terre devant les urgences. Vers 9h le service de sécurité de l’hôpital est utilisé pour les repousser vers le métro Calmette. Une fois au métro Calmette, la police nationale les arrête et les conduit au commissariat central de Lille pour les placer en garde à vue. A partir de 16h30, au fur et à mesure, ils sont relâchés et jetés à terre devant le commissariat. Un d’entre eux a été gardé. Celui-ci, gardé, a déclaré la veille à l’hôpital, et cela figure dans son bulletin de sortie de l’hôpital: « le Préfet veut ma mort ».

L’un des grévistes de la faim, celui qui a passé 4 jours dans le hall de l’hôpital Saint Vincent, et qui avait été perfusé de force après avoir été attaché, a été envoyé dans un foyer à Roubaix.

Les 8 sans papiers sont ce soir devant le commissariat central de lille avec des soutiens et font face à la police.

Le CSP59 demande la libération de celui arrêté et toujours maintenu en garde à vue et la ré hospitalisation des 8 sans papiers grévistes de la faim qui poursuivent leur mouvement.

RASSEMBLEMENT TOUS LES JOURS 18H PLACE DE LA RÉPUBLIQUE A LILLE

APPEL AUX SOUTIENS, AUX ORGANISATIONS ASSOCIATIVES, SYNDICALES, POLITIQUES A RENDRE VISITE, A SOUTENIR LES SANS PAPIERS GREVISTES DE LA FAIM ENVOYÉS AUX QUATRE COINS DE LA REGION: CAMBRAI, CALAIS, DUNKERQUE, BÉTHUNE, LENS, FOURMIES, VALENCIENNES, TRITH SAINT LÉGER, LILLE, ARRAS, ROUBAIX, MAUBEUGE…

Rafle barbare de grévistes de la faim, un gréviste incarcéré au centre de rétention de Lesquin!

Le 64eme anniversaire de la déclaration universelle des Droits de l’Homme, notamment rédigée par Stéphane Hessel, est célébrée par le Préfet Dominique BUR qui vient de kidnapper et prendre en otage un gréviste de la faim, qui vient d’être placé au centre de rétention de Lesquin.

Au 41eme jour les grévistes de la faim sont jetés à terre par les autorités hospitalières puis mis en garde à vue avant d’être à nouveaux rejetés à terre devant le commissariat central de Lille dans le pays théoriquement berceau des Droits de l’Homme.

Le CSP59 demande aux élu-e-s de la République à aller rendre visite le gréviste de la faim incarcéré au centre de rétention de Lesquin et à venir voir les grévistes de la faim jetés à la rue devant le commissariat de Lille.

Le CSP59 exige la libération du détenu/otage du préfet et la ré hospitalisation de tous les grévistes de la faim à la rue.

Suivez l’évolution de la situation des sans papiers en grève de la faim sur le blog du CSP 59 : ici

Ce contenu a été publié dans Appels, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *