COMMUNIQUE RESF5962 LILLE : PAS DE CHANGEMENT POUR NELO PEDRO, LYCEEN A BAGGIO

CONTINUER A VIVRE SOUS LA MENACE

Nelo Pedro, ancien enfant soldat en Angola, a quitté les menaces qui l’empêchaient de vivre en Angola. Arrivé mineur en France en 2009, il a été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance et scolarisé d’abord au lycée Jean Monnet puis au lycée Baggio (Lille).

En janvier 2010, majeur, il demande conformément à la loi un titre de séjour qui lui est refusé avec une obligation de quitter le territoire à la clé. Parallèlement, il fait une demande d’asile en raison de son passé d’enfant soldat enrôlé de force quand il avait 14 ans. Sa demande est rejetée , « la réalité des faits et des craintes de persécutions invoquées n’ayant pas pu être établie ».

Les procédures juridiques ayant été épuisées et confirmant la décision de l’Etat d’obliger Nelo à quitter le territoire, Nelo est placé au Centre de Rétention Administrative de Lesquin en janvier 2011 à la suite d’un contrôle policier dans le quartier de Fives. Le juge de la liberté le remet en liberté mais la préfecture fait appel et la Cour d’Appel de Douai infirme la décision de remise en liberté.

Exceptionnellement, à la suite de l’émoi causé par cette décision, il reçoit une autorisation provisoire de séjour valable 6 mois pour terminer son année scolaire à Jean Monnet (Lille). Il obtient son CAP en électrotechnique en juin 2011 et peut poursuivre sa scolarité en baccalauréat professionnel au lycée Baggio (Lille).

A la fin de son autorisation provisoire de séjour, il se rend à la préfecture pour se mettre en conformité avec la loi et déposer une demande de titre de séjour. Les services préfectoraux lui dénient la possibilité de faire cette demande et lui conseillent d’écrire au Préfet, ce qu’il fait. La lettre reste sans réponse, tout comme un nouveau courrier envoyé en octobre 2011.

Début 2012, Nelo répond à une convocation de la police qui souhaite faire le point sur sa situation pour transmettre les informations à la Préfecture. Pas de suites sur cette démarche…

En juin 2012, il est admis en terminale de son bac pro, toujours au lycée Baggio. Pour se mettre en conformité avec la loi, portant ses espoirs dans le changement annoncé, il décide de faire défendre son dossier en CODRESE le 12 juillet 2012 par « Parce que des hommes y vivent ». En septembre, la sentence tombe : la demande de titre de séjour est rejetée parce que la loi ne permet probablement pas sa délivrance.

RESF Lille rappelle que « c’est la loi qu’il faut changer ». Si légalement, Nelo ne peut pas vivre ici avec nous, humainement nous affirmons que sa place est ici ! Il n’est pas venu étudier en France, il a fui son pays natal où il se sentait menacé et courageusement il a commencé à se construire un avenir meilleur en étudiant comme beaucoup de jeunes de son âge. Son espoir est plus que normal : étudier, pouvoir répondre aux propositions de travail qu’il a déjà reçues, vivre normalement sans craintes.

Alors, maintenant, RESF Lille demande un changement positif pour Nelo : un titre de séjour vie privée familiale pour lui permettre d’être un jeune normal étudiant, travaillant, libre de circuler l’esprit serein.

RESF Lille, le 17 septembre 2012

 

resf.lille@gmail.com  
Tel : 06 27 62 27 88)

Ce contenu a été publié dans communiqué, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *