L’impossible passation rue de Grenelle

Trouver un horaire pour passer le flambeau à son successeur… c’est la dernière tache officielle d’un ministre. Dans la plupart des ministères, entrants et sortants se sont mis d’accord en deux coups de téléphone. Au ministère de l’éducation, il a fallu attendre 21 heures mercredi soir pour arriver à un consensus.

Ce qui restait du cabinet de Luc Chatel, rue de Grenelle s’est creusé la tête tout le mercredi après-midi pour trouver un créneau.

Il était difficile de faire la passation avant que Vincent Peillon soit nommé. L’idée d’une passation à 20 heures mercredi soir a pourtant été évoquée. On imagine : tous les acteurs aurait été sur le lieu du tournage, en place. Et le clap de départ aurait été donné dès que le nom de Vincent Peillon serait sorti de la bouche du secrétaire général de Élysée… Non ! cette hypothèse a vite été écartée.

Côté Peillon la date de jeudi matin semblait s’imposer comme logique. On était à distance de l’annonce et avant le premier conseil des ministres qui a lieu à 15 heures ce jeudi. Mais le ministre sortant voulait mordicus passer les clés au nouveau locataire jeudi après 16 heures…

Comme le ministère de l’Éducation est un lieu où les idées fusent, et qu’on est à l’heure du virtuel, l’idée d’une « passation non présentielle» a été évoquée par le ministre sortant. Une passation par téléphonique, quoi ! Après tout c’est vrai. Pourquoi de laisser la clé au concierge…
Luc Chatel s’est réellement posé la question avant d’être ramenés à la raison par des conseillers plus conscients du minimum qu’impose la notion de service de l’État.

Après enquête, il s’avère que l’ex ministre de l’éducation a réellement un mot d’excuse valable. Une raison de force majeure le retient loin de la capitale : le 17 mai à 10 heures, c’est-à-dire ce jeudi, s’ouvre la Foire de Chaumont. Un de ces moments où le peuple chaumontais, voire haut-marnais dans son ensemble communie autour de son terroir, des ses concessionnaires automobiles et plus largement de ses artisans.

Or Luc Chatel qui est maire de la ville de Chaumont et concourt pour la députation en juin prochain, ne voulait en aucun cas manquer ce rendez-vous avec ses électeurs. Comme à son habitude, il voulait ouvrir les festivités.

Il sera un peu en retard, puisque la passation a lieu à 9 heures, mais avec l’alibi qu’il avait encore un emploi du temps de ministre !

Maryline Baumard

Source

 Le Monde.fr

Ce contenu a été publié dans presse, textes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *