Haute-Garonne : Marquer la nécessaire rupture dès aujourd’hui! Appel unitaire départemental de Sud Education, CGT éduc’action, SNUipp FSU

Dès maintenant, il est essentiel de marquer une rupture avec la politique destructrice de ces dernières années. Il est indispensable de se rapproprier notre métier tout autant que le sens de notre action. Nous devons prendre le temps pour y réfléchir en équipe, réfléchir à ce qui nous pose difficulté, réfléchir aux priorités, réfléchir à la reconstruction de l’École Publique et aux « dix urgences pour la rentrée »…

  • C’est pour cela que dès à présent nous proposons aux collègues de suspendre l’aide personnalisée et d’utiliser ce temps en réunion d’équipe pour cette réflexion.
  • C’est pour cela que nous proposons aux collègues de refuser de remplir le LPC, symbole de l’école libérale qu’a voulu construire le gouvernement et le ministère Chatel.
  • Enfin, c’est pour cela que nous proposons aux collègues de n’accepter aucune pression sur les évaluations nationales, de ne pas les faire passer, de ne pas les faire remonter à l’administration et ainsi, symboliquement, de marquer le refus de la politique de casse / de cases de l’école.

Par ces trois actions, les enseignants s’emparent de leurs revendications au lendemain de l’élection présidentielle, et exigent des mesures d’urgence pour l’école dès la rentrée,

Par ces actions, nous voulons engager ensemble le chantier pour une école plus juste.

Agir dès à présent pour l’école

L’école est un enjeu d’avenir essentiel, particulièrement dans une société profondément déstabilisée par la crise, et où les inégalités sociales sont de plus en plus marquées et aggravées par la politique de ces dernières années (voir Rapport Cour des comptes…).
Dans ce contexte, elle doit répondre à des attentes très fortes et parfois limitatives : déboucher sur un métier et un emploi sont devenues la préoccupation première. Mais il serait dangereux de limiter le rôle de l’École à cela : permettre à chacun de s’épanouir en tant que personne et de se situer en tant que citoyen émancipé dans la société, sont des dimensions également incontournables.

La place qu’ont occupée les questions d’éducation dans les débats électoraux actuels est un signe de l’importance de ces questions. Dans une situation où le système éducatif subit depuis plusieurs années des remises en cause fondamentales, touchant au sens même des missions qui lui sont confiées, à son unité, à son caractère de Service Public national, également présent sur tout le territoire, il est aujourd’hui nécessaire de reconstruire. Reconstruire du sens, reconstruire les structures et les moyens, reconstruire la confiance…Reconstruire pour réduire les inégalités scolaires, pour permettre à l’École de mener tous les élèves sur le chemin de la réussite (dans toutes ses dimensions, personnelle, sociale et professionnelle).

Pour cela, nous devons articuler la réflexion sur les transformations nécessaires de l’École avec les batailles pour obtenir les moyens indispensables et la nécessaire abrogation des réformes destructrices des dernières années (inflation évaluative et programmes inadaptés et cumulatifs, Livret à mise en case des élèves…). Parce que celles-ci sont attachées à une vision de la société fondée sur la concurrence généralisée, l’individualisme à outrance, la loi de la jungle au final, vision incompatible avec le projet que nous portons pour l’École et la société.

Pour demain, pour faire reculer l’échec scolaire, être à la hauteur des ambitions et des enjeux, il s’agit bien de diminuer les effectifs dans les classes et d’introduire des maîtres supplémentaires dans les écoles, pour favoriser des approches pédagogiques favorables aux élèves les plus éloignés de la culture scolaire, pour permettre le travail en petits groupes…

  • Il s’agit bien de rétablir une véritable formation professionnelle des enseignants pour faire face aux exigences du métier complexe qui est le nôtre.
  • Il s’agit bien de rétablir les moyens nécessaires dans tous les domaines, depuis la maternelle.
  • Il s’agit bien de mettre en œuvre les dispositifs adaptés pour des aides spécialisées aux élèves en difficultés à la hauteur des besoins.
  • Il s’agit bien de permettre un égal accès de tous à l’Ecole en instaurant une gratuité véritable et une péréquation entre communes au niveau des dotations…

Pour cela, il faut aussi préserver le statut des enseignants et reconnaître leur travail par un salaire à la hauteur.

C’est parce que nous sommes convaincus de ces enjeux, que nous les portons avec sincérité, que nous pensons indispensable d’agir dès  maintenant

Ce contenu a été publié dans communiqué, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *