Rappel : projection du film « Un parmi les autres » à Halluin au Familia

La Voix du Nord : Un film de 78 minutes pour tenter de survivre

Voilà l’idée des rééducateurs de l’Éducation nationale qui voient leur nombre fondre chaque année. Ainsi, leur mission en RASED (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) devient impossible. Le film « Un parmi les autres » livre un témoignage précieux de ce service public en apnée.

Chacun sait à peu près ce que fait un instituteur. Peu connaissent, en revanche, la tâche des rééducateurs de l’Éducation nationale. Jean-Christophe Pitussi est l’un d’eux : « J’étais devant une classe mais j’en avais un peu marre. Je voulais m’occuper d’enfants en difficulté et j’ai suivi une formation pour devenir maître G. Je suis donc des élèves qui, dans leur tête, ne se considèrent pas comme des élèves. » Jean-Christophe, comme Catherine Vanthomme, conseillère municipale à Halluin, est donc membres d’un RASED. Tous deux livrent un combat pour continuer leur mission.

Les rééducateurs ont tous été instituteurs et leur public est composé d’enfants « confrontés à un obstacle insurmontable, avec des élèves perdus face aux exigences de l’école ou se sentant peu concernés par les savoirs scolaires, comme l’explique la fédération nationale. L’estime de soi est touchée, les relations aux autres perturbées, la frustration liée à l’échec quotidien est immense. Les causes sont multiples, pas seulement pédagogiques mais aussi langagières, intellectuelles, culturelles, affectives, éducatives, sensorielles, médicales… » Les RASED ne s’adressent pas à des enfants handicapés.

« Pour faire des économies, le gouvernement avait voulu supprimer purement et simplement les RASED, se souvient Jean-Christophe Pitussi. Notre mobilisation a recueilli 30 000 signatures et ce projet a été abandonné. Mais avec la loi qui prévoit le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, ces réseaux meurent doucement. Dans le Nord, 399 postes ont été supprimés dans le premier degré et 600 dans le second degré depuis cette réforme. » Catherine Vanthomme constate les difficultés au jour le jour : « J’ai cinq écoles à couvrir à Tourcoing, je tiens à garder deux rendez-vous par semaine avec les enfants mais pour répondre à la demande, j’ai des collègues qui n’en font plus qu’un. » Mal connu, le métier de rééducateur suscite parfois l’indifférence, parfois les critiques de ceux qui ne comprennent pas vraiment son intérêt ou d’enseignants se plaignant du manque de disponibilité des RASED. Pour combattre cette image, Un parmi les autres montre Jean-Michel qui arrive d’une grande ville du Nord dans le Tarn-et-Garonne, avec Julie qui découvre le métier et Christiane qui va l’accompagner dans sa formation. Pour donner du corps à ce documentaire, des spécialistes interviennent : Boris Cyrulnik, Serge Tisseron, Alain Bouregba, Alain Guy, Jean-Pierre Klein, Félix Gentili, Patrick Vignau… Après le film, un débat sera proposé sur le métier de réeducateur et son avenir. •

« Un parmi les autres », jeudi à 19 heures, au Familia. Entrée : 2,5 E.

Source :

Un article de GEOFFROY DE SAINT GILLES

Ce contenu a été publié dans Agenda, presse, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *