Adieu camarade Charlie !


68 ans : est-ce un âge pour cesser de te rebeller, de lutter, de résister…, de vivre donc ?

Ta mort prématurée nous prive d’un insurgé sans repos, d’un homme, « partie de ce tout qui fait l’humanité », dangereux pour le capital, car fort de révolte et d’étude.

Depuis tes premières expropriations de marchandises redistribuées dans les quartiers miséreux de Marseille ou tes actions de soutien au FLN, tu as assumé tous tes combats, sans jamais te renier. Toujours engagé aux côtés de ceux qui dans l’illégalité agissaient pour la liberté – Algériens, Sud-Américains… – et parmi tes frères de classe, les exploités et les opprimés.

Tu as affronté la torture policière, la prison déshumanisante, les QHS et le cachot sordides. De grèves de la faim en tentatives d’évasion, tu n’as jamais cessé de résister – parfois désespéré, jamais résigné, souvent héroïque. « C’est ainsi que je menais des combats sans merci où la seule victoire était la lutte. »

Et de ces vingt-cinq années dans les geôles de l’État, dont neuf d’isolement ou en QHS, tu es sorti vainqueur. Tu as alors voulu transmettre cette expérience pratique, convaincu que « l’Idée ne meurt pas », fort de tes convictions communistes, révolutionnaires.

Libre, tu as fait entendre ta voix solidaire pour exiger la libération de tes camarades d’Action directe et de Georges Ibrahim Abdallah.

Nous retiendrons de toi, camarade Charlie Bauer, cette vie de combats contre la soumission, pour la justice et, même à contre-courant, cet optimisme qui t’a fait écrire :

« Nous étions quelques-uns, demain nous serons des milliers dans les rues à déborder les trottoirs, et après-demain encore des millions qui chanterons nos droits conquis. »

Le Collectif « Ne laissons pas faire ! »

Sources : Indymedia

Livres de Charlie Bauer

Fractures d’une vie, Marseille, Agone, 2004, 445 p. (ISBN 2748900251) (OCLC 469532787)
Le Redresseur de clous, Paris, Le Cherche midi, 2010, 334 p. (ISBN 9782749117065) (OCLC 671465606)

Ce contenu a été publié dans communiqué, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *