Appel pour la Constitution d’un Mouvement Unifié de la Résistance

A tous les réseaux, organisations, associations, groupes, syndicats, mouvements, politiques ou non, formels ou informels, affinitaires ou de masse, de débat, d’éducation ou d’action, entrés en résistance ou prêts à le faire.

Il n’est un secret pour personne que nos luttes parcellisées sont le plus souvent inefficaces. Tout le monde ne parle que de convergence, mais nous sommes toujours aussi divisés. Pourtant, le temps n’est plus à la divergence idéologique ou identitaire, c’est une course contre le totalitarisme qui a commencé. Celles et ceux qui l’ont compris doivent s’unir et entrer en résistance, et vite, les palabres ont déjà trop duré.

La première phase de notre lutte vient de se terminer, la LOPPSI2 est votée, nous passons donc à la deuxième phase, celle de la résistance au fascisme qui avance derrière le délire sécuritaire. Nous espérons rencontrer dans cette phase assez d’autres résistants pour passer à la troisième phase, celle de la révolution, avant que le système ne soit arrivé à l’étape totalitaire.

Levons le nez du guidon, loin de nous éparpiller, nous pouvons coordonner nos efforts pour nous renforcer mutuellement. Nous savons que tout le monde est déjà en action et très occupé. Nous ne voulons pas créer l’unité sur notre base, ni sur notre calendrier. L’action de résistance s’inscrit dans la durée, vous aurez le temps d’y rentrer à votre rythme.

1° étape : se rencontrer

Dans l’action : nous vous invitons à participer à toutes nos initiatives et nous nous engageons à participer aux vôtres, quel que soit votre terrain d’action, tant qu’il s’inscrit dans la résistance à cet état totalitaire.

Dans le débat :
Nous organisons des tables rondes régulières pour permettre à chaque groupe d’expliquer son action, d’apprendre des autres. Nous vous proposons de laisser des écrits dans notre « infokiosk », très visité (panneaux, tracts, brochures…), pourquoi pas de monter votre structure propre sur le camp.

2° étape : la coordination

Dans le respect de l’autonomie et des spécificités, nous pouvons souvent frapper ensemble, au même endroit, ou non. Sans que personne n’abandonne son terrain habituel, des moments d’actions communes, à notre initiative commune, ne peuvent que renforcer chaque composante et renforcer nos liens.

3° étape : l’unification

Nous ne voulons pas, à priori, créer une nouvelle organisation, mais arriver à force de débats, de confrontation de pratiques, d’expériences communes, à établir un nouveau « programme de résistance ». Il devra comprendre un programme d’action et l’organisation pratique d’un grand mouvement massif de résistance. Il devra également comprendre les éléments principaux d’une réorganisation complète de la société, basée à la fois sur l’expérience et sur les valeurs qui guident notre résistance.

Source : http://www.libertahastalavictoria.com/

Ce contenu a été publié dans Appels, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *