Le ministère de l’Éducation Nationale précise la répartition des 16.000 postes qui seront supprimés dans le cadre du budget 2011.

8.967 postes d’enseignants seront supprimés dans les écoles primaires publiques (maternelles et élémentaires), dont 5.600 au titre d’une « résorption » d’un actuel « surnombre » d’enseignants, selon le ministère.

4.800 postes d’enseignants de collèges et lycées publics.

– 600 postes au sein des personnels administratifs de l’Éducation nationale

– 1.633 postes dans l’enseignement privé sous contrat.

Le ministère, précise que le choix des postes supprimés va être fait « au plus près du terrain »,  académie par académie, en s’appuyant sur les critères suivants :

– Possible augmentation de la taille des classes dans les écoles et les collèges « qui ne relèvent pas de l’éducation prioritaire ».

– Les enseignants actuellement affectés en dehors des classes vont être ramenés devant les élèves. Mais l’activité des « Rased », ces enseignants spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire qui suivent quelques élèves à la fois, « n’est pas remise en cause ».

– Suppression à terme dans les écoles des intervenants extérieurs de langues étrangères, qui devront être enseignées « à 100% » par les professeurs.

– Regroupements possibles d’établissements scolaires.

– Diminution des décharges des services d’enseignement.

– Adaptation de l’offre de formation des lycées généraux et professionnels, en mutualisant certaines options rares entre différents lycées.

– Poursuite de la diminution de la scolarisation en maternelle des enfants âgés de deux ans, sauf dans les établissements de l’éducation prioritaire « ambition réussite » et « réussite scolaire ».

– Adaptation des dispositifs de remplacement des enseignants absents, notamment en organisant la formation continue des professeurs en dehors de leur temps de service.

– « Rationalisation » des moyens en personnels administratifs.

Ce contenu a été publié dans communiqué, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le ministère de l’Éducation Nationale précise la répartition des 16.000 postes qui seront supprimés dans le cadre du budget 2011.

  1. Laurent dit :

    est ce qu’on regarde passer ce nouveau train sans rien dire et faire ???

  2. vincent dit :

    yen a beaucoup qui regardent passer les trains sans rien dire et sans rien faire et certains sont sacrément revendicatifs quand on veut toucher à leur prime rrs alors que on ne les voit jamais pour défendre le collectif et la structure rased quelle misère……

  3. cécile dit :

    CE QU’ECRIT TRES RECEMMENT M. CHATEL AUX DEPUTES QUI L’ONT INTERPELLE SUR L’AVENIR DES RASED:
    « Les RASED ont été créés afin de fournir des aides spécialisées à certains élèves qui rencontrent des difficultés spécifiques d’origines diverses. Ils sont constitués d’enseignants chargés des aides spécialisées à dominante pédagogique (« spécialité E »), d’enseignants chargés des aides spécialisées à dominante rééducative (« spécialité G ») et de psychologues scolaires. Il est apparu cependant que les RASED ne répondaient plus de façon satisfaisante à certains besoins, notamment du fait d’une action souvent dispersée. La réforme du primaire, mise en place depuis la rentrée 2008, s’est fixé pour objectif de renforcer la maîtrise des fondamentaux et d’apporter des réponses mieux adaptées à chaque situation hors du temps scolaire. Pour cela, deux heures d’aide personnalisée en petit groupe ont été intégrées à l’emploi du temps des classes pour apporter des réponses pédagogiques aux élèves qui rencontrent des difficultés. Par ailleurs, des stages de remise à niveau gratuits en français et en mathématiques sont également proposés aux élèves de CM1 et de CM2, pendant les vacances scolaires, à raison de trois heures par jour pendant une semaine. Les enseignants ont ainsi la possibilité de traiter eux-mêmes les difficultés d’apprentissage, en prolongement de la classe. Bien entendu, l’action des maîtres spécialisés structurés en RASED n’est pas abandonnée. Le rôle des enseignants spécialisés des RASED, qui renforcent les équipes pédagogiques en apportant leurs compétences spécifiques, est essentiel dans certaines situations particulières. Cependant, il existe de grandes disparités d’un département à l’autre et, dans un même département, d’une circonscription à l’autre. Aussi, dans le cadre de la préparation de la rentrée 2011, les inspecteurs d’académie ont été invités à faire un état précis des besoins et à en tirer les conséquences en termes d’organisation des RASED. Cette analyse pourra les conduire à restructurer l’organisation territoriale des RASED et à apprécier l’opportunité de sédentariser certains enseignants spécialisés dans les écoles qui concentrent un niveau élevé d’élèves en grande difficulté. L’ensemble de ces dispositions permettra de répondre de manière satisfaisante à la difficulté scolaire dans toutes les classes. »
    ET la dépêche de l’AFP hier ose préciser que les RASED ne « seront pas remis en cause »??? Pour qui nous prend-on??

  4. admin dit :

    Comme d’habitude : Écoutez ce que je vous dis, ne regardez pas ce que je fais !

  5. Domi dit :

    Non, Laurent, on ne va pas regarder ce train sans rien faire ! On va continuer à agir,à informer, à résister !
    Et même si les autres ne suivent pas, ne voient pas ce qui est en train de se passer pour l’Ecole ! et même si leur passivité, leur indifférence nous sidèrent, on va continuer,on ne peut pas se taire et cautionner le désengagement de l’Etat, n’est-ce pas ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *