LA PESTE A NICE

Réaction très violente de la police, lors de la manifestation des pompiers à Nice.

Décidément Nice est le laboratoire sécuritaire de la Sarkozie. Lors de la manifestation nationale du 21 janvier 2010, des policiers  zélés avaient déjà utilisé la matraque à l’encontre de manifestants dont le seul tort était de porter un masque de Sarkozy et une affichette où était inscrit la phrase désormais célèbre :

« Casse toi pauvre con ! »

En juillet, ces mêmes défenseurs de l’ordre s’en sont pris à une manifestation « bonne enfant » organisée par les pompiers de la ville. Ces derniers voulaient exprimer ainsi leur désaccord avec la réforme des retraites.

Les policiers ont réagi de façon très violente. Comme on pouvait le prévoir, le silence assourdissant des autorités et des élus du peuple, s’est fait entendre pour dénoncer ces « bavures » inadmissibles dans une démocratie apaisée. Pourtant les édiles locales sont friandes de déclarations fracassantes et de propositions de lois concernant la sécurité.

Le deux poids deux mesures, semble être le mode de fonctionnement de ces gens.

Nous allons avoir besoin de tout le soutien possible, faites passer l’info autour de vous : au cours d’une manifestation pompiers vendredi 16 juillet à Nice place MASSENA ( manifestation réclamant la reconnaissance de la dangerosité et de la pénibilité de la profession et protestant contre la réforme des retraites) 4 pompiers ont été mis en garde à vue dont 3 blessés. Parmi eux, le représentant syndical du mouvement autonome des sapeurs pompiers professionnels Mr GORETTI  (fracture du coude gauche) Stéphane DI COMUN (traumatisme crânien, perte de connaissance, plaie du cuir chevelu : 5 points de suture, contusions et hématomes multiples de la face,traumatisme cervical et dorsal) et Mr GUIDI ( plaie du cuir chevelu : 2 agrafes, hématomes et contusions multiples au niveau des épaules et des cervicales).

Les faits :

Une manifestation bon enfant, un jeu du chat et de la souris entre pompiers et force de l’ordre (courant dans un sens puis dans l’autre) puis marche sur la place Masséna avec blocages ponctuels des tramways. Aux alentours des 11h00 : une  première interpellation d’un représentant syndical sans violence dans le calme, par 4 hommes de la Bac, la raison invoquée: manifestation illégale car trajet non déclaré.

Les arrestations suivantes ne vont malheureusement pas se passer avec le même professionnalisme : altercation violente de Mr Goretti par la police nationale brigade départementale anti-émeute créée par Mr ESTROSI maire de Nice et ministre.Face, à cette violence, Stéphane DI COMUN ( qui marchait tranquillement à côté de Mr Goretti) proteste verbalement à l’arrestation de son collègue. A ce moment 7 hommes de la même brigade précitée, le roue de coups au niveau du visage, crane et cervicales (tonfa et coups de poings). Stéphane tombe au sol, les coups continuent de pleuvoir (coups de pieds en plus du reste) il perd connaissance et continue à être malmené.

Voyant cette scène et son collègue saignant face contre terre, yeux révulsés et langue extériorisée, Mr GUIDI hurle aux policiers de cesser les coups et de porter secours au pompier à terre inconscient en le mettant en PLS ( position latérale de sécurité). Rien n’y fait, il passe le barrage des forces de police et se jette au dessus de Mr DI COMUN tentant de protéger du mieux qu’il pouvait la tête de ce dernier. Il est à son tour rouer de coups de tonfas dans la nuque et sur le crane.

Il continue à hurler pour que les premiers secours soient apportés à Mr DI COMUN mais rien n’y fait. Les policiers l’écartent et constatent effectivement que Mr DI COMUN n’a plus aucune réaction. D’autres pompiers essaient d’approcher, ils sont mis en joue avec des lance grenade. Le colonel des policiers accorde qu’un pompier approche, ce dernier lui demande que deux autres pompiers le rejoignent pour mettre Mr DI COMUN en PLS en toute sécurité après l’importance des chocs apportés au niveau des cervicales. Le colonnel n’acceptent que deux pompiers. Mr DI COMUN est retourné il reprend connaissance et l’ambulance le prend en charge.

Les faits sont filmés par les journalistes et la vidéo de surveillance de la ville de Nice. Les témoins sont scandalisés par l’attitude des policiers.

Les blessés sont évacués sur les urgences et après les sutures radios scanner……. ils sont placés en garde à vue à la caserne AUVARE. S’en suivent les auditions, les intimidations…….. Pour Steph aucune violence physique ne lui est reproché malgré les coups portés par les policiers (les policiers je cite : » on ne gère pas tout dans les interpellations ») il est accusé de manifestation illégale et de s’être interposé à l’arrestation de Mr Goretti.

Commentaire du colonel de la brigade anti-émeute :

« On va les niquer »

en parlant des pompiers bien sûr.

Les journaux sont manipulés par préfet et ministre qui condamnent les pompiers ………….. Les témoins scandalisés par ce qu’ils peuvent lire dans la presse contactent le 18 pour témoigner en faveur des pompiers.

A ce jour les vidéos disparaissent, les journaux locaux écrits et télévisés etouffent l’affaire mais les pompiers sont menacés d’être accusés devant le tribunal pénal.

Aujourd’hui, le procureur DE MONGOLFIER s’étonne du nombre de policiers « blessés » (vu leurs équipements de robocop) face à des pompiers en t shirt et il demande une enquête de L’IGPN police des polices de Marseille.

Une lueur d’espoir peut être pour qu’éclate la vérité au milieu de ces politicards véreux ????


Il faut dire que la police a déclaré 5 policiers blessés qui posent sur les photos avec nos politiques, mais pourtant aucun service d’urgence de Nice ne les a accueilli ???


Aucun politique ne s’est soucié de l’état de santé des pompiers pas même leur propre colonel : le COLONEL BAUTHEAC qui a accablé ses hommes sans avoir pris connaissance des faits!!

Voici un résumé succinct de ce qui se passe dans notre pays démocratique!

Faites circuler l’information pour qu’un maximum de personne soit au courant !

Par avance un grand merci à tous, nous avons besoin d’aide !!!

Ce contenu a été publié dans communiqué, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LA PESTE A NICE

  1. mariani dit :

    A un moment donné, je crois qu’il va falloir affronté les sertvice de police incriminés dans ces exactions; Si tout leur est permis et si les procureure aux ordres ne les poursuivent pas, ne comptons que sur nous même. Il ne s’agira pas, même si cela sera presenté comme tel dans les médias complices, d’insurection, mais d’un simple mise en garde que la force reste au peuple et non pas à ces garde chiurmes.
    Je vous renvoie au sommet du G8 à gênes. Si il faut en arriver à la guerre civile, si il faut que le sang coule , et bien allons y! Les policiers ne peuvent pas avoir d’immunité, vu les pouvoirs qui leur sont conférés! C’est clair! Quand je parle de policiers, je parles de l’appareil, qui va du ministre , passant par le prefet, l’encadrement intermédiare, et l’executant de base.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *