Guy GEOFFROY, député UMP de Seine et Marne répond à une question sur le sort des RASED dans le schéma d’emploi 2010-2013

Vous avez bien voulu attirer mon attention sur les moyens nouveaux de lutte contre l’échec scolaire et la place les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) à cet effet et je vous en remercie.

Le traitement de la difficulté scolaire et la lutte contre l’échec scolaire constituent un des objectifs prioritaires du ministère de l’éducation nationale. La réforme de l’enseignement primaire a permis de recentrer les actions de l’école sur les apprentissages fondamentaux. Elle vise à ce que chaque élève en difficulté reçoive une réponse adaptée à sa situation.

C’est dans ce cadre qu’a été mise en place l’aide personnalisée qui a vocation à permettre désormais aux enseignants affectés dans les classes de traiter eux-mêmes, en prolongement de la classe, un certain nombre de difficultés d’apprentissage qu’ils ne pouvaient auparavant prendre en charge de manière suffisamment efficace.

La durée de l’enseignement scolaire dans le premier degré est désormais fixée à vingt-quatre heures hebdomadaires dispensées à tous les élèves auxquelles s’ajoutent deux heures d’aide personnalisée en très petits groupes pour les élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages. Ces derniers sont identifiés dans leur classe par leur maître. Celui-ci, ou un enseignant de l’école ou du groupe scolaire, peut alors intervenir immédiatement, conformément aux modalités définies dans le projet d’école. Ces deux heures, spécifiquement identifiées dans l’emploi du temps des enseignants, viennent renforcer l’action des maîtres et la différenciation pédagogique qu’ils mettent en oeuvre dans le cadre des programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) avec, le cas échéant, la participation d’autres maîtres, notamment, les enseignants spécialisés des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED).

Ce sont donc soixante heures annuelles qui sont désormais consacrées par chaque maître à des actions directes auprès des élèves en difficulté. Cet effort représente l’équivalent de 16 000 postes d’enseignants entièrement dédiés à aider les élèves qui en ont le plus besoin.

Dans ce nouveau contexte, la contribution des enseignants spécialisés des RASED, qui s’ajoute à cet effort, doit évoluer. Les RASED comptaient à la rentrée 2008 près de 15 000 postes, dont 3 700 postes de psychologues scolaires et 11 100 postes d’enseignants spécialisés. La circulaire n° 2009-088 du 17 juillet 2009 est venue très récemment en actualiser le fonctionnement et préciser les missions des enseignants spécialisés qui travaillent dans ce dispositif. L’action des maîtres spécialisés structurés en RASED est réinvestie spécifiquement pour intervenir sur les plus graves difficultés d’apprentissage, comportementales et psychologiques des élèves et répondre aux situations que les professeurs des écoles ne pourraient pas gérer dans le cadre des dispositifs d’aide personnalisée.

Il ne s’agit pas de faire disparaître le dispositif RASED, mais de faciliter sa mise en cohérence avec la réforme de l’école et la lutte contre les difficultés scolaires. Le meilleur emploi des maîtres spécialisés, tout comme l’aide personnalisée et les stages de remise à niveau en français et mathématiques proposés aux élèves de CM1 et CM2 pendant les vacances scolaires, contribue à la mise en oeuvre d’un ensemble cohérent et complémentaire de réponses au traitement de la difficulté scolaire dans toutes les classes, dans la perspective d’une meilleure réussite de tous les élèves.

La nouvelle organisation de l’enseignement à l’école primaire amène à reconsidérer l’implantation de ces postes et à diversifier les modes d’action des maîtres spécialisés. Ceux-ci ont acquis une expertise professionnelle indéniable en matière d’aide aux élèves qui rencontrent des difficultés dans leurs apprentissages. Leur action est particulièrement utile lorsque ces difficultés sont importantes et durables et dans les écoles où le nombre d’élèves en difficulté est élevé. Il s’agit donc de cibler les interventions spécialisées sur la plus grande difficulté. Les efforts doivent être concentrés, non pas sous la forme d’une intervention ponctuelle d’aide spécialisée, mais sous la forme d’une prise en charge directe et continue des élèves afin de répondre aux difficultés constatées. Pour cela, sans diminuer l’offre globale d’aides personnalisées destinée aux élèves, 3 000 postes d’enseignants, sur les 11 100 postes que comptaient les RASED, ont été sédentarisés : 1 500 maîtres ont été affectés dans des classes ; 1 500 maîtres spécialisés (maîtres d’adaptation ou maîtres rééducateurs) l’ont été en surnuméraire dans les écoles où se concentraient les difficultés scolaires.

La compétence professionnelle de ces maîtres spécialisés est ainsi pleinement utilisée là où elle est le plus nécessaire. Il n’est, en effet, pas question de se passer de leur compétence mais bien de leur permettre de l’exercer dans les contextes où elle est le plus profitable pour les élèves. S’agissant des centres de formation, il n’est pas envisagé de fermeture. La diminution du nombre de départs en formation constatée cette année est conjoncturelle, liée à la sédentarisation des maîtres de RASED. Les recteurs et les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale, ont engagé, à l’occasion de la rentrée scolaire 2009, un important travail de réorganisation visant à affecter les enseignants spécialisés dans les écoles qui en ont le plus besoin.

Bien évidemment, dans ce nouveau cadre d’exercice, la qualification des maîtres spécialisés continue à être reconnue, comme elle l’était auparavant, notamment, à travers leur régime indemnitaire qui a été maintenu.

Tels sont les éléments d’informations que je souhaitais vous faire parvenir sur un sujet qui me préoccupe particulièrement du fait de mon investissement de longue date au service et pour le bénéfice de l’Education nationale et de l’enseignement.

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Guy GEOFFROY

Député de Seine et Marne

Le relais parlementaire de Guy GEOFFROY
Député de Seine et Marne
2, avenue Victor Hugo
77170 Brie Comte Robert
Tél : 01 60 62 24 21 / Fax : 01 60 34 99 59

Ce contenu a été publié dans Comptes rendus, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Guy GEOFFROY, député UMP de Seine et Marne répond à une question sur le sort des RASED dans le schéma d’emploi 2010-2013

  1. cécile dit :

    ouais, encore le copié-collé de la réponse de darcos d’il y a plus d’un an… de la foutaise, comme d’hab. rien à attendre de ce genre de courrier.

  2. marc dit :

    dans le genre langue de bois , on ne fait pas mieux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *