Changeons de référentiel : L’exploration des origines avec Planck

Les cartes de l’univers réalisée ce mois de juillet 2010 par le satellite Planck

Sur cette carte complète du ciel en fausses couleurs, les émissions de la Galaxie, une bande claire horizontale et des structures claires et filamenteuses qui s’étendent bien au-delà du plan de notre Voie lactée, sont bien visibles. Ces émissions ont pour origine le gaz et les poussières du milieu interstellaire. L’image a été spécifiquement traitée pour mettre en valeur l’émission de notre Galaxie mais on peut deviner la partie cosmologique liée au rayonnement fossile sous la forme de structures granulaires rougeâtres, principalement visibles en haut et en bas de l’image. On voit aussi des émissions liées à des objets extragalactiques comme les nuages de Magellan, la galaxie d’Andromède M31 et l’un des quasars  les plus brillants du ciel, 3C273. Crédit : Esa

Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Sur cette carte, des images ont été positionnées. Les noms de certaines structures de la Voie lactée ont été ajoutées. Crédit : ESA, HFI, LFI Consortia

Le ciel micro-ondes vu par le satellite Planck. Cette image couleur a été créée à partir des données Planck obtenues dans neuf bandes de fréquence, comprises entre 30 et 857 GHz, c’est-à-dire dans le domaine des ondes submillimétriques, millimétriques et centimétriques (aussi appelées micro-ondes). Notre Galaxie, la Voie lactée, est bien visible dans l’image comme une bande claire horizontale. Une grande région du ciel est illuminée par notre Galaxie, comme en témoignent ces structures claires et filamenteuses qui s’étendent bien au-delà du plan de notre Voie lactée. Ces émissions ont pour origine le gaz et les poussières du milieu interstellaire. Le rayonnement fossile est visible sur cette image sous la forme de structures granulaires rougeâtres, principalement visibles au haut et en bas de l’image, où l’émission de notre Galaxie est très faible. Cette image montre qu’il est possible de séparer ces deux émissions, dans de petites régions bien définies (en haut et en bas de l’image). Cependant, les scientifiques de Planck développent des méthodes sophistiquées de traitement d’image pour séparer ces deux composantes sur presque la quasi-totalité du ciel ! Cette image provient des données de Planck collectées pendant les neuf premiers mois de sa mise en service. Planck poursuit ses mesures et devrait fournir au moins trois autres relevés complets du ciel. Crédit : ESA, HFI & LFI Consortia

Source : Futura-Sciences

Ce contenu a été publié dans video. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *