Une lettre d’Annie maîtresse G

Contre-Temps 2008 / BROKEN…
par Contre-Temps

Hier, avait lieu mon inspection. Souvenez-vous, il y a un an et demi, avant même que l’on parle véritablement de la suppression des RASED, mon IEN m’annonçait qu’il m’interdisait de sortir les enfants de la classe. J’avais résisté en réaffirmant mon identité et heureusement, un enfant avait la bonne idée, très peu de temps après de faire exploser une classe, dans un secteur qui n’était même pas le mien. On me demanda donc d’intervenir en m’autorisant, lui, à le sortir de la classe. Si pour lui, j’en avais le droit, pourquoi pas les autres…. J’ai donc continué à fonctionner exactement comme j’en avais l’habitude, comme on me l’avait appris, en respectant mes convictions  » Rogeriennes « , et le fait que peu importait la médiation, ce qui importait c’est ce qu’on en faisait.

Hier, victoire. Excellentes note et appréciation, mon IEN a essayé de comprendre, a affirmé son attachement au RASED !  IL a indiqué qu’il comprenait notre importance au sein de l’école. Je n’ai pas manqué de lui rappeler que je n’avais pas forcément répondu à ses demandes de la façon dont il l’entendait mais que j’y avais toujours répondu tout en respectant mes convictions. Il m’a répondu qu’il y avait plusieurs façons de se battre et que chacun pouvait le faire avec ses armes.

Voilà, je tenais à vous faire partager cette petite victoire. Comme je le disais à Jacques, il y a peu, nous devons continuer de nous battre sur tous les fronts. Sur le pavé, avec les autres mais aussi avec nos armes.

« Il faut avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. »

Mon IEN m’a demandé si je souhaitais intervenir dans les animations pédagogiques. Je lui ai répondu non.

Annie

Ce contenu a été publié dans textes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *