Voilà comment la FCPE d’Aubervilliers avec le soutien (local) de la FSU, CGT et Sud réagit à l’arrivée de non enseignants dans les classes.


Il n’y aura pas de réforme si
les enseignants-chercheurs et enseignants du supérieur (UFR et IUFM) refusent d’élaborer des masters « métiers de l’enseignement » et des préparations aux concours dans le cadre des masters existant et s’ils refusent d’organiser les nouveaux concours programmés à l’automne 2010.


Il n’y aura pas de réforme si
les formateurs de tout statut ( Inspecteurs de l’ Éducation nationale, Conseillers pédagogiques, Maîtres formateurs, directeurs d’écoles d’application, professeurs d’IUFM ) refusent d’assurer toute formation si les remplacements que cette formation occasionne ne sont pas assurés par des enseignants titulaires ou des enseignants-stagiaires (PE2, PLC2, PLP2) afin que les enfants ne soient pas confiés à des étudiants et que l’école reste un lieu d’apprentissages scolaires où la sécurité des élèves est assurée.


Il n’y aura pas de réforme si
les enseignants du 1er et 2ème degré refusent de partir en stage si leur remplacement n’est pas assuré par des enseignants titulaires ou des enseignants-stagiaires ( PE2, PLC2, PLP2 ). Les étudiants peuvent alors effectuer à la place du remplacement un stage d’observation ou de pratique accompagnée si les deux parties y sont favorables.


Il n’y aura pas de réforme si
les enseignants du 1er et 2ème degré refusent la fonction de tuteur qui permet juste d’apporter la caution d’un enseignant expérimenté à cette parodie de formation professionnelle que constituent ces remplacements déguisés en stage.


Il n’y aura pas de réforme si
les parents d’élèves refusent que leurs enfants soient confiés à des non enseignants et exigent à la place des remplaçants titulaires.

Ce qui est inadmissible c’est l’irresponsabilité du gouvernement qui n’hésite pas à confier des enfants à des personnes moins qualifiées que des animateurs de centre de loisirs. C’est l’indifférence du gouvernement pour la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves dans l’Ecole publique.

Concernant les PE1 ( dont certains sont mes étudiants ) qui vont effectuer ces remplacements, ils sont en panique à l’idée d’assurer la classe tout seul à partir de lundi prochain. Les 6 heures de « préparation » organisées par l’Inspection académique ont eu lieu mercredi dernier la veille du concours blanc ! Concours qu’ils ont passé le jeudi et vendredi en se demandant comment ils allaient faire classe le lundi suivant. Ils n’ont donc pas pu réviser le concours blanc comme les autres ni composer avec toute la concentration requise. Au final, les étudiants les plus en difficulté économique se retrouvent avec des chances de succès au concours amoindries. C’est inadmissible.

Le tract distribué indique très clairement à plusieurs endroits que la situation incombe au gouvernement et non aux étudiants remplaçants. A la fin du tract, on invite les parents à interpeller l’Inspection académique et non à lyncher les étudiants. Le compte rendu de l’A.G. de ville parents/enseignants d’Aubervilliers montre que les parents ne s’y trompent pas.

L’Inspection académique de Seine Saint-Denis et les Inspecteurs de circonscription font tout leur possible pour cacher aux parents d’élèves et aux enseignants des écoles concernées le statut véritable de ces étudiants remplaçants. Ne pas le révéler aux premiers concernés c’est faciliter la tâche du gouvernement et permettre que la réforme se mette en place sans réaction.

Nous devons contribuer à rendre visibles à la population les effets de cette réforme. Les conditions du combat contre la réforme sont aujourd’hui plus favorables. Jusqu’à maintenant, il fallait expliquer la masterisation et on a vu la difficulté pour des non initiés à entrer dans un dossier si technique. Maintenant, les questions sont simples : est-ce que les élèves doivent être ou non confiés à des enseignants ? Est-ce que l’école publique doit rester un lieu d’enseignement ou devenir une garderie ?

Refuser d’établir un lien entre des remplacements effectués par des étudiants (pour ne pas les mettre en difficulté vis-à-vis des parents) et la qualité de l’enseignement dispensé, c’est implicitement reconnaître qu’enseigner n’est pas forcément un métier qui s’apprend.

Didier Frydman

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PARENTS/ENSEIGNANTS du 11 FÉVRIER 2010 à Aubervilliers :

École Firmin Gémier

RELEVÉ DE DÉCISIONS

LA FCPE, avec le soutien des syndicats FSU, CGT, Sud, a présenté les réformes en cours de l’ Éducation Nationale dans le primaire et le secondaire. 60 personnes étaient présents.

Il est ressorti des débats des interrogations vis-à-vis de la qualité des enseignements, des conditions de travail des enseignants et des conditions de vie scolaire des élèves. Par ailleurs, la dégradation de l’enseignement scolaire ira dans le sens d’une accentuation des inégalités à l’école et de la privatisation progressive des établissements scolaires. La mobilisation des parents d’élèves dans les écoles, les collèges et les lycées parait indispensable. A la suite des débats, il a été décidé une série d’actions dans la semaine.

– Jeudi :  signature de la pétition ci-jointe (vendredi, samedi, dimanche, lundi, mardi) pour la remettre à l’inspectrice Mme Zarkout mardi

– Samedi matin :  10h30, La poste de la mairie: distribution de tracts d’informations et pétition.

– Lundi ( jour d’arrivée des étudiants-remplaçants dans 6 écoles d’Aubervilliers ) : la FCPE demande un RDV d’urgence à l’inspectrice de l’Éducation Nationale (IEN) d’Aubervilliers Mme Zarkout pour dénoncer ces conditions indignes de remplacement par des personnels non formés.

-Lundi (jour d’arrivée des étudiants-remplaçants dans 6 écoles d’Aubervilliers ) : Il faut saturer l’inspection de coups de fils, de fax, de mails pour dénoncer cette situation inadmissible.
Voici les coordonnées de l’inspectrice :

Mme Zarkout, I.E.N. Aubervilliers, 6, Av. de la République BP 41, 93301 Aubervilliers Cedex
Diane.Zarkout@ac-creteil.fr
Ce.0931037X@ac-creteil.fr

– Mardi et / ou jeudi : les enseignants (volontaires) se mettront en grève. Ils ne peuvent pas le faire lundi, car il faut un préavis de grève de 48h. Il faut savoir que l’école Jules Guesde sera en grève lundi, mardi et jeudi. Les écoles Babeuf/Robespierre sont en grève mardi et/ou jeudi. Les écoles Macé/Condorcet sont en grève mardi et/ou jeudi avec refus du maître de partir en stage. L’école Anne Sylvestre en grève mardi.

– Dès lundi,  dans le cadre d’une convergence parents d’élèves et enseignants refusant l’ensemble des réformes qui affectent la formation des enseignants et donc la qualité des enseignements dans le pré-scolaire, le primaire, le secondaire, il s’agirait d’organiser des réunions d’information en direction des parents dans le maximum d’établissements afin de transmettre les détails des réforme.

–  APRÈS LES VACANCES SCOLAIRES : réunir à titre exceptionnel votre conseil local et éventuellement un conseil d’école avec les enseignants pour discuter de l’organisation d’une école déserte, qui aurait lieu à une date à fixer en mars .

http://aubervilliers.fcpe93.org/

Ce contenu a été publié dans Comptes rendus, video, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Voilà comment la FCPE d’Aubervilliers avec le soutien (local) de la FSU, CGT et Sud réagit à l’arrivée de non enseignants dans les classes.

  1. bennai maria dit :

    ce qui est inadmissible, c est de laisser des enfants sans aucun remplaçant pendant 4 semaines, voir plus, si la maitresse de CE1 ne reprend pas. Comment cela peut etre possible dans un pays ou il y a une loi qui dit, que l école est obligatoire pour nos enfants. Cela se passe à l école primaire BABEUF, à AUBERVILLIERS. La directrice sempble peut concerner, comme l inspection académique d ailleurs qui, pour seule réponse, nous réplique qu ils ne peuvent rien faire. L état ne fait pas son devoir, pourtant nos impots ne cessent d augmenter. Alors que faire : occuper la classe, prévenir la presse…………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *