Compte rendu de l’AG départementale des Collectifs Locaux Ecole en danger Rhône

Jeudi 11 Février Maison de l’Education Lyon 1er , à l’invitation du Collectif Croix Rousse,

Intro

Suite à la journée de grève du 21 janvier, journée sans AG, sans échanges, sans lendemain …, le Collectif Croix Rousse a souhaité réactiver le lien entre maternelle, primaire, secondaire et supérieur.

Situation nationale.

Dans le second degré, mobilisation et grève dans le secondaire en Seine St Denis et dans le Val de Marne, mobilisation des PE1-PE2 en Loire Atlantique, pétition et rassemblement en Maine et Loire suite au refus du Préfet de région d’ouvrir un lycée public à Beaupréau pour ne pas concurrencer les trois établissements secondaires privés confessionnels existants, deux établissements en grève à Lille.

En primaire, descente aux flambeaux à Toulouse organisée conjointement par des parents d’élèves, des étudiants et des formateurs IUFM, des enseignants. En Haute Savoie, réactivation des collectifs parents-enseignants et des liens entre ces collectifs, mais toujours une difficulté à mobiliser les parents lambda sauf si l’école fait l’objet d’une mesure de carte scolaire. En Midi Pyrénées, lutte à propos des contrats d’objectifs, mis en place après les évaluations nationales CM2 et visant à « améliorer la performance »

http://ecoleendanger69ouest.free.fr/spip.php?article806.

Situation dans le Rhône


Dans le secondaire
, la politique de suppression massive de postes a visé particulièrement les lycées professionnels et les zones prioritaires. Plusieurs établissements du Rhône sont en grève ou en lutte (blocage des CA, information des parents et des médias http://collectif.ecoles.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=176

Collège Barbusse Vaulx en Velin, Lycée Professionnel Picasso Givors, Lycée Sambat et Lycée Professionnel Seguin de Vénissieux, … Les moyens horaires par établissement sont en baisse et les Heures Sups représentent parfois 10% de la dotation horaire globale. Conséquences : Les dispositifs pédagogiques sont touchés (pas de dédoublements en sciences, physique, technologie, effectifs à 35 élèves en 5è, etc) et la masse énorme d’HSA permet aux chefs d’établissement d’engager des négociations-chantages avec chaque enseignant : Si vous n’acceptez pas les HSA pour votre discipline, ces heures sups seront attribuées à améliorer l’enseignement d’autres disciplines. Au lieu de construire une politique d’établissement au moyen de la DHG puis de peaufiner avec les HSA, le chef d’établissement tente d’imposer un volume horaire par discipline subordonné à l’acceptation des HSA par les enseignants. Quant on sait qu’un enseignant acceptant 3 HSA perçoit une prime-carotte trimestrielle conséquente, une lutte collective contre cette casse des dispositifs pédagogiques existants est dure …

Décision de l’AG :

Informer par tract avant les réunions de CA de mars : Refus collectif des HSA, Maintien et développement des dispositifs pédagogiques existants.

Dans le premier degré

tour de table sur les deux actions en cours : les évaluations nationales CM2 et les actions des désobéisseurs. De grosses pressions des IENs sur les directeurs d’école et sur les enseignants de CM2. Les personnels sont convoqués isolément. Difficile dans ces conditions d’organiser une lutte collective d’autant plus que, là aussi, une prime-carotte de 400€ a fait taire les consciences de bon nombre. Dans certaines circonscriptions, les enseignants croulent sous les paperasses inutiles à renseigner, les chiffres à transmettre : refus de certains, lassitude des autres.

Du côté des parents d’élèves

L’étincelle de l’automne 2008 avait été le non-remplacement des enseignants en congé et la casse des dispositifs RASED. La carte scolaire réalisée par la nouvelle IA a mis des moyens sur les remplacements congé maladie et déshabillé d’autres secteurs, formation continue notamment. La pénurie est ainsi moins visible aux yeux des parents. En pointe cette année, l’externalisation de l’enseignement : En ligne directrice, la vitrine Aide Personnalisée et Stages de remise à niveau, prolongement des Evaluations nationales, peut séduire des parents mal informés.

Important : Parents, enseignants, le réseau des enseignants du primaire en résistance fait appel à la solidarité financière de tous.

Adressez vos dons par chèque à la Caisse Nationale de Solidarité Résistance Pédagogique : 2074, route de la Vinouze 82230 VERLHAC TESCOU

http://www.resistancepedagogique.org/site/articles.php?lng=fr&pg=166

Dans le supérieur

IUFM : Les stages ne sont plus considérés comme des moyens de formation mais comme des moyens de remplacement mais il est difficile pour les étudiants et les formateurs de communiquer sur la réforme, les infos étant très techniques.

Médiatisation : Une ronde hebdomadaire est organisée par les PE2, chaque vendredi midi, devant l’IUFM de Lyon.

IEP : Les étudiants en lutte l’an dernier sont toujours vigilants, mais la mobilisation est faible.

Formation, cache misère


Dans le second degré

les stagiaires doivent 14 heures hebdomadaires devant élèves, mais compte tenu que cette « formation » est annualisée, l’administration leur attribuent des blocs de 18 heures hebdomadaires, cachant ainsi la suppression de postes de titulaires. Les étudiants préparant le CAPES font les bouche-trous en remplaçant ces stagiaires pendant leurs temps de formation théorique.

Dans le premier degré

les T1 sortants d’IUFM seront en stage de pratique accompagnée dans des classes de maîtres-formateurs, 7 semaines jusqu’aux vacances de toussaint. Les T1 ne seront pas remplacés par des TRFC, titulaires-remplaçants formation continue, (Les postes ont été supprimés depuis cette année !…) mais par des étudiants M2 non formés. Inégalités sociales : A noter que les M2 percevront une prime de 3000€ pour leurs 7 semaines de vacation alors qu’auparavant les PE2 percevaient un salaire mensuel pendant leur année de formation.
———————————————————————————————————————————————————————————————————–
à venir
Répression lycéenne au Lycée Brossolette Villeurbanne http://collectif.ecoles.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=178

Décision de l’AG :

envoi d’une motion au chef d’établissement. Ce texte sera envoyé, personnalisé, par les différents collectifs du département. Les courriers de protestation individuels sont également encouragés. (Isabelle se charge de la rédaction, de la diffusion à mobilisation-rhône et de prendre contact avec le groupe de soutien aux deux lycéens exclus.) Dépôt collectif de plaintes individuelles de parents d’élèves contre le fichier Base Elèves au TGI de Lyon.

Toutes les infos et la marche à suivre sont ici http://collectif.ecoles.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=177

Action à mener conjointement avec le CNRBE, collectif national de résistance au fichier base élèves
( http://retraitbaseeleves.wordpress.com/ ) et le SAF syndicat des avocats de France http://www.lesaf.org/ à Lyon pour le TGI de Lyon : Maître Marie-Noëlle Fréry mfrery@gmail.com

L’action aura lieu le 19 mai mais la procédure doit débuter dès maintenant. Important : Parents, enseignants, le collectif national de résistance à base élèves appelle à la solidarité financière de tous http://collectif.ecoles.free.fr/file/appel_a_solidarite_financiere_CNRBE.pdf. Adressez vos dons par chèque à l’ordre de CDPE94CNRBE à l’adresse suivante : Isabelle Calméjade CNRBE Anos 09800 Saint Lary. [Le compte postal est hébergé par la FCPE du Val de Marne.]

Prochaine AG départementale Ecole en Danger Rhône : Mardi 23 Mars à partir de 18h30 Maison de l’Éducation Lyon Croix Rousse 21, rue des Tables Claudiennes 69001 Lyon. Chacun apporte à boire et à grignoter !

Le Collectif Chamousset en Lyonnais organise une conférence-débat le 30 avril à Sainte Foy l’Argentière avec la participation de Dominique Senore et de François Gauthier de la FCPE Rhône
(http://collectifchamoussetenlyonnais.over-blog.com

Le Collectif pour une politique citoyenne dans les Monts du lyonnais organise un déplacement groupé (co-voiturage ou car selon le nombre de personnes inscrites) pour le rassemblement sur le plateau des Glières, le 16 mai, à l’appel du collectif Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui, événement qui a rassemblé 4000 personnes l’an dernier (avec la participation d’Alain Refalo pour le secteur éducation).

http://www.forumsocialvillages.org/index.php

Refus d’accueillir des stagiaires

http://collectif.ecoles.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=179

Ce contenu a été publié dans Comptes rendus, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *