Mercredi 27 janvier : rassemblement de soutien à Mounir : 14h00 devant l’hôpital de Lens

 Act Up-Paris @ Uni-e-s contre... par William Hamon (aka Ewns)

Act Up-Paris @ Uni-e-s contre... par William Hamon (aka Ewns)

Rassemblement contre l’expulsion de Mounir : Besson s’apprête à expulser un médecin algérien, quelques mois avant qu’il obtienne son diplôme de fin d’étude, et après plusieurs années de bons et loyaux services.

* Mounir est médecin aux urgences et au SMUR du centre hospitalier de Lens sous le statut de praticien attaché associé. C’est un médecin unanimement apprécié par ses pairs, pour sa compétence professionnelle.
* Il est entré en France en 2002, légalement, avec un statut d’étudiant. Il débute alors son cursus en faisant des stages bénévoles à l’assistance publique des hôpitaux de Paris, durant deux ans (qu’est-ce que c’est que cette politique de la santé qui fait fonctionner ses hopitaux en employant des étudiants-médecins sans les rémunérer ?).
* En 2004, il est inscrit, toujours officiellement, en « capacité de médecine d’urgence » . Il rejoint alors la région Nord Pas-de-Calais, comme interne aux urgences du centre hospitalier de Valenciennes.
* En 2005, il exerce les mêmes fonctions au centre hospitalier de Denain, et il achève sa formation de médecin urgentiste, en réanimation Calmette au CHRU de Lille.
* En 2006, il est recruté par le service des urgences et du SMUR du centre hospitalier de Lens dans un contexte de déficit de 50% de l’effectif médical nécessaire au fonctionnement normal du service, sur le statut de praticien attaché associé (à l’époque, 8 praticiens avaient demandé à quitter le service, en l’espace d’un an).
* Il est actuellement en fin de formation : il lui reste à valider la dernière année, ce qui lui conférerait le statut de médecin urgentiste français.
* Mounir est marié depuis 2007. Son épouse est également algérienne. Ils ont une petite fille de 18 mois.

L’expulsion

* Depuis son arrivée en France, en 2002, Mounir est en situation régulière.
* Son titre de séjour a toujours été valide, du fait de son statut d’étudiant.
* Cette année, ce titre de séjour n’a pas été renouvelé, alors que sa situation est restée strictement la même.
* La direction de l’hopital de Lens, qui ne souhaite pas voir partir Mounir, a alors entrepris des démarches pour changer son statut, et le faire passer d’étudiant à celui de salarié.
* La préfecture du Nord a refusé ce changement, en se basant sur l’avis consultatif de la DDRASS. L’État, et ses représentants savent toujours se trouver de bonnes raisons pour mettre en oeuvre leurs politiques anti-sociales et anti-humaines. En l’espèce, ces bonnes raisons cachent un alignement sur les objectifs mortifères de Besson, en matière de reconduites à la frontière.

Mounir doit rester en France !

* Il doit pouvoir passer son examen en octobre 2010, ce qui lui permettra d’obtenir l’équivalence de son diplôme de médecine et par conséquent régulariser sa situation d’une façon définitive.
* Pour passer cet examen, il doit justifier d’un titre de séjour en cours de validité.

Voilà comment nos gouvernants jouent avec la vie et l’avenir d’un homme et d’une famille : pour rester en France, passe ton exam; pour passer ton exam, montre ton titre de séjour, que je viens de te retirer !

Le 15 janvier 2010, Mounir a écrit un courrier exposant sa situation au Préfet du Pas-de-Calais, Florian de Bousquet, zélé relai de Besson dans la répression anti-migrants, et autres destructions de Jungles, à Calais comme à Angres. Jusqu’à ce jour, ce courrier est resté sans réponse… ou tout au moins sans réponse directe : parallèlement, le 20 janvier, Mounir reçoit un arrété d’expulsion : il a un mois pour quitter la France !

Source : http://www.politis62.org/index.php?title=Non_%C3%A0_l%27expulsion_de_Mounir_!

Ce contenu a été publié dans Agenda, Appels, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *