L’UMP veut confier les évaluations scolaires à un organisme indépendant

Selon une dépêche AFP, un groupe de travail parlementaire UMP a vivement critiqué les évaluations mises en place par X Darcos et souhaité qu’un organisme indépendant soit chargé de l’évaluation de l’ École. Les oreilles de Xavier Darcos ont dû siffler mardi 20 octobre. Un groupe de travail parlementaire UMP a violemment critiqué les évaluations de CE1 et CM2 qu’il avait mises en place. Il est vrai que le ministère avait dû, dans les documents budgétaires, reconnaître que ces évaluations étaient peu fiables.

Pour les parlementaires UMP il faut « mieux associer la communauté éducative » aux évaluations. Cette concertation « a fait assez largement défaut ». La méthode doit être incontestée « ce qui n’a pas été le cas ». Les parlementaires demandent une clarification des objectifs poursuivis, particulièrement en Cm2. Ils envisagent « un système indépendant chargé de l’évaluation du système éducatif en remplacement des organismes ou directions centrales en charge de cette mission ».

Ces prises de position font écho au rejet majoritaire des évaluations de CM2 l’an dernier, les enseignants ayant souvent refusé de suivre le protocole d’évaluation. Le ministère lui-même reconnaît « un taux élevé de réponses incomplètes (et) la faible qualité des données recueillies ».

Mais la démarche parlementaire réagit aussi à un autre héritage de X Darcos : la censure impitoyable qu’il a exercée sur sa direction chargée des enquêtes, la DEPP. Seuls les travaux utilisables par le cabinet étaient publiées.  De ce fait, sa crédibilité comme organisme scientifique a été dégradée.

Une évaluation indépendante ? Du coup, l’habitude s’est déjà prise d’aller chercher ailleurs une évaluation de l’Ecole. C’est ce qu’on fait avec les évaluations internationales comme Pisa ou Timms. Des voix se sont élevées pour demander un système indépendant. En février 2009, Bruno Suchaut, directeur de l’Iredu, nous disait :  » L’évaluation est évidemment utile au niveau de la politique éducative, toute la question réside dans l’utilisation de ces évaluations et de son instrumentalisation éventuelle. Le recours à un organisme indépendant permettrait certainement de lever les doutes sur des intentions politiques des outils d’évaluation ». Il semble que ce soit le chemin que veulent emprunter les élus UMP. Au risque de heurter les enseignants.

Ce contenu a été publié dans presse, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *