Un Code de la paix scolaire distribué à la rentrée dans les collèges et lycées… et des portiques…et des équipes mobiles de faux vrais flics…et 14000 suppressions de postes dans l’Education Nationale

Après le métro, lécole

Après le métro, l'école

Xavier Darcos a réuni les recteurs pour leur présenter ses mesures pour lutter contre les violences dans les établissements scolaires…

Après Nicolas Sarkozy, Xavier Darcos l’a répété: il faut sanctuariser les établissements scolaires contre la violence. Et selon lui, un Code spécifiquement dédié à la paix scolaire peut y contribuer. Le ministre de l’Education l’a annoncé ce mardi aux recteurs réunis pour l’occasion.

La rédaction de ce Code a été confiée à Christian Philip, recteur de l’Académie de Montpellier. Il sera distribué dans les collèges et les lycées à partir de la prochaine rentrée scolaire. Cet ouvrage écrit dans «un langage clair, accessible» rappellera les règles de vie collective à respecter.

Des portiques au cas par cas

Xavier Darcos a en outre confirmé ses annonces faites le 27 mai dernier, à savoir la formation «à l’exercice de l’autorité» des personnels de directions et des CPE (Conseillers principaux d’éducation) et la poursuite des diagnostics de sécurité dans chaque établissement d’ici à la fin de l’année scolaire 2010.

Si besoin, sera alors envisagée l’installation au cas par cas de portiques de détection fixes, ou de dispositifs mobiles utilisés ponctuellement. Objectif: empêcher l’intrusion d’armes dans un établissement, un phénomène qui reste pourtant mineur dans les faits de violences répertoriés en collège-lycée. D’autres mesures pourront être envisagées comme la mise en place d’une clôture, de vidéo surveillance, et la sécurisation des abords.

Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, s’était pourtant érigée contre le principe des portiques: «On ne va pas installer des commissariats dans les écoles, ni morceler les forces de police pour créer une brigade spéciale pour chaque problème», avait-elle martelé, ajoutant qu’elle ne croyait pas à «une généralisation des portiques».

Une équipe mobile académique

Sur la question des «brigades spéciales», Xavier Darcos ne désarme pas non plus. Il a annoncé aux recteurs la création d’une équipe mobile académique, constituée de 20 à 50 personnes, aux profils et aux compétences complémentaires. Le ministre ne précise pas les modalités de leur recrutement. Ces équipes seront placées sous l’autorité directe du recteur et susceptibles d’intervenir rapidement en renfort auprès des chefs d’établissement.

Une habilitation juridique spéciale sera par ailleurs créée, afin de permettre aux personnels de direction et d’encadrement des établissements de faire ouvrir les sacs et cartables, et si l’élève détient une arme, de la confisquer définitivement.

http://www.20minutes.fr/

Catherine Fournier

Ce contenu a été publié dans presse, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *