Les RASED : réseaux d’aide et de soutien aux élèves en difficulté : vus par le site « Lire et Ecrire »

Ces réseaux concernent chaque année de plus en plus d’élèves que des instituteurs spécialisés prennent en charge, à temps très partiel, en sus du temps scolaire.

•  L’efficacité des RASED est très faible, pour une raison simple : leur existence est fondée sur une erreur qui procède elle-même d’un mensonge. Depuis des années, l’Education Nationale attribue ses échecs monumentaux à des causes qui lui sont extérieures : les élèves en grande difficulté le seraient pour des raisons psychologiques ou pour des raisons sociales. Les instituteurs spécialisés sont formés pour traiter ces pathologies.

Or, s’il est vrai qu’un petit nombre d’élèves sont fortement perturbés par des causes indépendantes de l’école, il est prouvé que la grande majorité des difficultés lourdes résultent :

– soit des pédagogies déviantes en honneur à l’Education Nationale
– soit d’un handicap culturel initial : enfants mauvais francophones,

deux causes  justiciables d’un remède simple : l’instruction.

Les preuves de ce que nous avançons sont données par les témoignages de parents qui ont réussi à sauver leur enfant, par le fait que beaucoup d’orthophonistes pratiquent la méthode alphabétique, par l’expérience des maîtres qui pratiquent une pédagogie raisonnable.

•  Des protestations rituelles et stéréotypées ont suivi l’annonce par le Ministère d’une diminution des effectifs des instituteurs spécialisés dans les RASED. Ces protestations ne sont pas justifiées en raison de l’inefficacité de ce dispositif.

Il reste certainement à améliorer et renforcer les dispositions en faveur des élèves, peu nombreux, dont la présence dans les classes ordinaires n’est ni possible ni souhaitable. Il s’agit, soit d’enfants fortement perturbés, soit d’enfants affligés de handicaps lourds. Ils doivent être accueillis dans des établissements spécialisés. A ce sujet, il faut revenir sur les mesures inspirées par l’égalitarisme qui impose l’accueil de certains d’entre eux dans les classes ordinaires.

• Quant aux élèves, beaucoup plus nombreux, en retard scolaire, il faudrait les regrouper dans des classes spécialisées, analogues aux anciennes classes de perfectionnement, entre les mains d’instituteurs particulièrement compétents et motivés pour les faire progresser et si possible rattraper leur retard.


Pour un bonheur total, je vous livre ce merveilleux témoignage :


Un miracle au pays des RASED


A plusieurs reprises, nous vous avons entretenu des RASED (Réseaux d’Aide Spécialisée aux Elèves en Difficulté) de l’enseignement primaire.

Ces réseaux ont été créés pour soigner un mal véritable : l’échec scolaire, en traitant des causes psychologiques et sociales, prétendues prépondérantes, alors qu’elles sont exceptionnelles. Des instituteurs spécialisés ont été formés pour cela.

D’après de nombreux témoignages, il n’était pas rare, ces dernières années, qu’un maître ou une maîtresse déclare, peu de temps après la rentrée (et même en septembre …) que la moitié des élèves étaient en difficulté, et devaient donc être confiés à des spécialistes, orthophonistes, RASED et autres.


Le récit d’un miracle vient de nous parvenir, d’une institutrice qui se voue à la transmission des savoirs.

« … habituellement, l’école dans laquelle je viens d’arriver envoyait entre 50% et 100% d’une classe d’âge au RASED. L’institutrice spécialisée du RASED a très mal pris le fait que je ne lui envoie personne cette année, même les enfants qu’elle suit depuis 2 ou 3 ans. Je me félicite après coup d’avoir fait ce choix même si c’était un pari fou et prétentieux au départ. (On) a bien été obligé de constater que des enfants de CE1, en échec total, non-lecteurs, était devenus carrément bons en orthographe et aimaient lire. Pauvre Bernard qui a fait son quatrième CP cette année ! Il lui manquait juste quelqu’un qui lui explique que b et a, ça fait ba, alors qu’il pensait qu’il fallait des pouvoirs magiques pour savoir lire. »

GP

Bernard a eu bien de la chance de ne pas être expédié dans un Institut Médico-Educatif !

Ce contenu a été publié dans textes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les RASED : réseaux d’aide et de soutien aux élèves en difficulté : vus par le site « Lire et Ecrire »

  1. bridelance vincent dit :

    eh bien encore un article du cher monsieur brighelli surement nouveau mentor de notre cher…. ministre…. je lui propose une autre solution il faudrait regrouper dans un centre de retention tous les élèves en difficultés genre guantanamo… et les matons seraient tous ces affreux membres des rased s’ils en restent….comme ça on aura éliminé non éradiqué tous ces « parasites » adultes comme enfants pour une france plus « propre » étonnant non.

  2. Frédéric dit :

    « l lui manquait juste quelqu’un qui lui explique que b et a, ça fait ba, alors qu’il pensait qu’il fallait des pouvoirs magiques pour savoir lire.”

    GP »

    C’est limite ! Limite ! Limite !
    Hé ! GP ! Le Cyber guerrier ! Je t’envoie mon cyber-poing dans ta cyber-gueule !
    Et puis… Il manquait juste quelqu’un pour expliquer à GP qu’il était un con !

    Voilà, c’est fait 😉

  3. lili dit :

    GP, osez au moins signer votre aricle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Dites-nous qui vous êtez qu’on puisse vous répondre !!!!!!!!!!!!

  4. Sophie Albert dit :

    C’est tellement inspiré qu’on croirait « ça » tout droit tiré d’un numéro spécial de « La Tour de Garde » ! Vive la renaissance de l’intelligence vraie et de la foi qui va pouvoir remplacer la pensée : ça prendra moins de temps !

Répondre à bridelance vincent Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *