Défilé du 1er mai… Une petite aventure

Je suis allée au défilé du1er mai avec une amie et son mari. A la  Bastille, il est 19h30 la manif s’achève, nous décidons de remonter à  pied jusqu’à république longeant les cars de CRS  et de police garés sur le côté du bd Richard Lenoir. Nous voyons sortir des cars,des policiers ( une bonne trentaine) en tenue  de « manifestants » particulièrement caricaturaux: blousons à capuche, foulards sur la bouche, beaucoup sont ou ressemblent à des beur. Il sont bardés d’autocollants PCF, rêve générale….Ils se rangent par 2 derrière les CRS et au signal du départ il partent vers la place de la bastille en suivant les CRS où les gens sont en train de se disperser.  Nous les suivons, intrigués et quelque peu méfiants…(durant tout ce temps, bon réflexe, on prend en douce des photos).

Sortie du car, avec les CRS, dans la foule, Ils passent par une petite rue adjacente et se dispersent par petits groupes de 3 ou 4. Nous nous apprêtions à prendre le métro  complètement écœurés…A ce moment là, des CRS sont en train d’évacuer une bande de jeunes SDF? Un peu punk,  assis sur les marches de l’opéra. Certains des flics que nous avons vu plus tôt se mettent à invectiver les CRS, criant, poussant… tournant de façon très agressive autour des CRS avec une démarche et une attitude on ne peut plus éloquente: caricature du jeune de banlieue ou du gaucho genre « ultra gauche » de la cinglée qui les dirige.

Nous nous arrêtons et crions tous les trois, « ce ne sont pas des manifestants, ce sont des flics, on les a vu sortir des cars »  en montrant du doigt les flics que nous avions suivi… certains finissent par se disperser pour échapper à nos invectives.

Nous descendons dans le métro et ma copine et moi passons le tourniquet. Nous nous retournons et voyons 4 costauds encercler son mari et l’obliger à remonter les marches du métro. Nous apprendrons plus tard (le lendemain vers 21h) que les bonhommes lui ont dit « tu nous suis ou tu la fermes sinon on va te faire très mal. Nous ressortons immédiatement mon amie et moi pour voir ce qui se passe. Emmené de force dans un recoin de l’opéra,  derrière les CRS que nous arrivons quand même à dépasser car ils n’ont pas compris qui nous suivions, son mari se voit fouillé par 2 gros mecs tandis que 4 autres font barrage ainsi qu’une fille au regard vide. A aucun moment  et d’aucune façon ils ne se sont identifiés comme policiers … on pourrait croire qu’il est en train de se faire dépouiller par des loubards. nous sommes tenues à l’écart mais on finit par comprendre qu’on l’accuse d’avoir balancé une canette de bière sur un flic!!!

Ils finissent par l’embarquer (8 gros loulous + la nana, protégés par une cohorte de CRS) Je précise que le mari de mon amie a 60 ans et qu’il pèse environ 65 kg…

On ne sait pas où ils vont . Ma copine aura à son retour chez elle un message disant qu’il est en garde à vue au commissariat du 12ème. Nous apprendrons aussi le lendemain que les flics voulaient aussi arrêter mon amie qui avait crié très fort (plus que moi sans doute) pour incitation à l’émeute! Nous attendrons son mari le lendemain de midi jusqu’à 21h00 au palais de justice. Le substitut du procureur requerra pour lui une libération sous contrôle judiciaire  jusqu’au 30 juin date de sa comparution pour jet de projectile dangereux sur un policier(apparemment il n’y avait que des manifestants dur la place et des CRS! )avec obligation de pointer tous les matins au commissariat et interdiction de participer à une manifestation. Seule le 2ème point sera retenu pour le juge.

Durant la garde à vue, il a été fouillé 5 fois, totalement déshabillé. 3 autres personnes qui ont été arrêté dans des conditions quasiment similaires sont passées devant le procureur ce même jour.

Nous attendons le 30 juin ! si quelqu’un a des infos ou connait un avocat compétent en la matière…

Je voulais parler  de ces pratiques de voyous, que nous connaissions certes, mais dont j’ai pu être le témoin de bout en bout et qui renforce l’idée que la démocratie est en train de partir en fumée.

Martine, complètement  dégoûtée.

Ce contenu a été publié dans Comptes rendus, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *