une contribution de Jacques après la manif d’Arras du 10/12/ 08

j’ai participé à la manif d’Arras. Gaie , festive mais aussi revendicative et engagée. Les membres des Rased ont emmagasiné une dynamique qu’il ne faut pas laisser perdre, elle est porteuse d’espoir pour aller au bout de notre projet: Sauver les RASED.

J’ai participé à l’AG qui a suivi.

Difficile parce que insuffisamment préparée, aux objectifs incertains, réunissant des personnes d’origines , de convictions ,aux responsabilités différentes et aux attentes diverses.

Il me paraît toutefois positif que des gens aussi éloignés habituellement aient pu se retrouver, s’écouter , chercher à se comprendre et à trouver sur quoi s’accorder. L’accord  n’a pas été possible mais comment s’en étonner? il faut du temps , beaucoup de temps pour se dire les choses afin de pouvoir un jour s’accorder sur un projet minimum commun.

Alors voilà ma conviction ce soir:

Il nous faut rester solidaire de toutes les luttes pour défendre ce qui correspond à nos opinions, et ceci particulièrement pour ce qui concerne l’éducation et l’école .

MAIS, c’est à nous que revient d’impulser tout ce qui va se faire pour sauver les RASED. Tant mieux si d’autres prennent le relais à certains moments, tant mieux si nous pouvons décider et agir le plus souvent avec tous nos partenaires pour cet objectif, mais il n’y aura que nous pour aller au bout , pour relancer l’action, pour la diversifier, pour ne pas laisser tomber, pour maintenir la pression à tous niveaux. Personne ne le fera à notre place, il ne faudra jamais attendre d’autrui la solution  à ce qui nous menace.

Lourd défi que nous avons décidé de relever et pour lequel nous avons obtenu des résultats dont nous pouvons être fiers. Mais le plus difficile est à venir. Aussi faisons corps, soutenons-nous les uns les autres , soyons disponibles autant que possible, soyons créatifs pour combattre les moments d’abattement et notre engagement se diffusera suffisamment autour de nous pour espérer aboutir  au recul des dirigeants en place quant à leur mortel projet.

Les actions locales sont le ferment du mouvement d’ensemble. Le collectif des RASED 62 est le noyau par lequel ce qui se fait peut être communiqué, valorisé, repris ailleurs, parfois coordonné et relancé. Il faut mettre l’essentiel de notre énergie à faire vivre ces 2 niveaux dans lesquels se trouvent des personnes de cultures professionnelles proches et qui ont donc la faculté de s’entendre rapidement et d’agir avec une grande réactivité .

Voilà ma réaction à chaud mais cela me paraissait tellement évident que j’ai pensé important de vous la transmettre.

Jacques

Ce contenu a été publié dans textes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *