DE LA MATERNELLE A L’UNIVERSITÉ : Communiqué de SUD EDUCATION

Face à la destruction organisée du service public d’éducation, les mobilisations s’étendent.

Dans notre région, certains lycées de Lille, de la Madeleine (Pasteur, Fénelon, Valentine Labbé…) et de Wattrelos ont décidé d’action de blocage. Dans les IUT, la contestation monte. Les assemblées parents/enseignant-e-s et les appels à la désobéissance se multiplient dans le Premier Degré…Tout indique que ni le mépris ni les intimidations de Darcos ne peuvent endiguer la colère des personnels et des usagers d’un service public d’éducation que les « réformes » vouent à la rentabilité, la déshumanisation, la concurrence et l’inégalité…

Au service des luttes et soucieux d’une organisation à la base des personnels et des usagers, SUD éducation 59/62 soutiendra les collectifs, dont ceux des RASED, et les assemblées générales de personnels ou de parents/enseignant-e-s qui se mettent en place dans la région et décideront des actions à mener pour obtenir satisfaction.

Dans ce cadre, notre syndicat soutient les lycéens qui se mobilisent courageusement contre les réformes dans le secondaire. A ce titre, il est inadmissible que le Rectorat interdise aux lycéen-ne-s de se réunir. SUD éducation 59/62 exige donc que l’administration reconnaisse les droits les plus élémentaires des lycéen-ne-s et leur permette de s’assembler et de s’exprimer sur leur lieu de travail.

De même, SUD éducation 59/62 soutient les assemblées parents/enseignant-e-s qui se mettent en place dans le primaire pour organiser une riposte convergente et jeter les bases d’une réflexion plus démocratique sur une autre école.

Il appelle par ailleurs les personnels du Premier Degré à refuser d’appliquer les différentes mesures Darcos destinées, notamment, à liquider les Résaux d’Aide et à rendre les écoles plus rentables au mépris de la pédagogie et du rythme des enfants. Ce refus des 60 heures, des évaluations nationales, des  nouveaux programmes ou du service minimum doit devenir collectif. C’est pourquoi nous invitons les personnels de l’éducation à soutenir ou à signer l’appel à la désobéissance : http://desobeissance-pedagogique.org/

Enfin, si SUD éducation 59/62 souhaite l’unité syndicale, nous ne pouvons nous satisfaire des rassemblements sans lendemain décidés par les intersyndicales fédérales ou académiques. Face à la casse généralisée du service public, des acquis sociaux et du droit de grève, l’heure est à la mobilisation, forte et ambitieuse – et certainement plus à une nouvelle série de « négociations » qui amèneront d’autres défaites, d’autres réformes tout aussi nocives. C’est pourquoi SUD éducation proposera aux intersyndicales de travailler à la construction d’une riposte forte et, en cas de refus, assumera seul, ou avec d’autres organisations, d’appeler à la grève reconductible, seule à même de mettre un terme à la vague de régressions sans précédent qui nous frappent quotidiennement.

SUD éducation appelle donc les syndicats à se réunir le plus vite possible afin de mettre en place cette mobilisation et de lancer dans les plus brefs délais un appel à la grève reconductible dans l’Éducation Nationale.

Par ailleurs, prônant l’auto-organisation démocratique des luttes, SUD éducation appelle l’ensemble des personnels, des parents, des lycéen-ne-s et des étudiant-e-s, de la maternelle à l’université, à se réunir dans leurs établissements ou leurs bassins afin de construire un mouvement de grève reconductible le plus convergent possible.

Passer à l’offensive avant qu’il ne soit trop tard, c’est mettre un frein à la destruction du service public et à la régression sociale. C’est créer les conditions d’une autre école, plus juste, plus démocratique et plus égalitaire !

Ce contenu a été publié dans Appels, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *