Suppressions des Rased : Message d’un collègue G métaphore intéressante!!!

Si demain le gouvernement décidait de distribuer gratuitement un extincteur à chaque foyer, qui n’applaudirait pas cette initiative ?
Mais si après-demain, il décidait de fermer les casernes de pompiers, qui ne serait pas inquiet et indigné par cette décision pour le moins irresponsable ?
Si on opposait aux mécontents, que chacun dispose maintenant d’un extincteur, qui n’aurait pas l’impression de se faire légèrement manipuler ?
Si en plus, on leur faisait remarquer que les pompiers n’ont pas fait la preuve de leur efficacité puisque malgré leur intervention, il y a toujours des incendies et des maisons qui brûlent, qui ne penserait pas que l’on est en train de prendre les gens pour des imbéciles ?
Cette métaphore pour expliquer ce qui est en train de se produire dans l’Éducation Nationale et dénoncer les mesures prises par M. Darcos  qui prétend combattre la difficulté scolaire.
Comment cela ? Et bien, en supprimant les Rased (Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté) sous couvert d’avoir mis en place le soutien scolaire après la classe.
Ainsi, on supprime le dispositif le plus à même de répondre à la difficulté scolaire. On nie l’utilité et l’efficacité d’enseignants spécialisés, formés à son analyse et à son traitement. On prive les enfants et les enseignants de classe de l’accompagnement d’experts disponibles pour travailler avec, et auprès d’eux.
Mais pourquoi tout ce gâchis ? Mais parce que le soutien, ça coûte moins cher !
Vous pensez qu’au contraire, ça risque de nous coûter très cher un jour ?
Et bien, vous n’avez sûrement pas tort …
* Rased, Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté, équipe composée d’un(e) enseignant(e) spécialisé(e) en pédagogie, un(e) rééducateur(trice), un(e) psychologue scolaire.

On pourrait faire la même chose avec le cancer, preuve que la métaphore n’est pas trop poussée:
Puisque les cancérologues n’ont toujours pas éradiqué le cancer et que les chimiothérapies et les radiothérapies hors de prix, ne sauvent que très peu de patients…. La nation peut-elle encore se permettre de dépenser des milliard pour des inconscients qui  fument, boivent, mangent ou osent vivre dans des régions polluées? Après tout, vieillir ça s’assume et puis on ne pourra pas dire que vous n’avez pas été prévenus: vieux, ayez la décence de mourir jeune! Ou alors payez de votre poche vos traitements de luxe.
On devrait proposer une commission d’admission dans chaque hôpital qui déciderait si oui on non, votre cas mérite d’être traité.

Ce contenu a été publié dans outils, textes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *