Solidarité avec Alain Refalo : Je refuse d’obéir !

12-11-2008 21:00 un article paru dans METRO

« Assumons notre résistance »

Un instituteur de Colomiers s’insurge contre la réforme des écoles

Alain Refalo est directeur de l’école primaire Jules Ferry, à Colomiers.

Depuis sa diffusion sur le site : http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/index-252147.html il y a cinq jours, la lettre ouverte d’Alain Refalo, professeur des écoles depuis près de 20 ans, adressée à l’Inspection Académique fait l’objet d’un véritable buzz sur Internet. Intitulée « En conscience, je refuse d’obéir », il y explique pourquoi il n’appliquera pas certaines réformes engagées par l’Education Nationale.

Pourquoi avez-vous décidé d’envoyer cette lettre ?

Parce que toutes les initiatives prises jusqu’à présent pour protester contre les réformes qui nous ont été imposées sans concertation n’ont pas abouties. Il y a pourtant un grand ras-le-bol qui s’exprime au quotidien dans les salles des maîtres.
J’ai donc pris la décision, en conscience, de ne pas appliquer un certain nombre de mesures comme le changement des programmes par exemple et de le faire savoir à mon inspecteur. Pour moi, ces mesures sont en effet néfastes par rapport à l’idée que je me fais de l’éducation et de la réussite pour tous.

Rejetez-vous en bloc toutes les propositions de l’Education Nationale ?

Non, mais toutes celles qui nous sont proposées depuis un an et demi vont dans le même sens qui est de démanteler le système éducatif pour aller vers un système privé, à l’anglaise, où les écoles sont comparées selon des notations chiffrées. Toutes les dispositions prises ont pour seul but de faire des économies.
La suppression de postes, par exemple, rend de plus en plus difficile l’enseignement dans les écoles. On nous a par ailleurs annoncé la création d’une agence de remplacement qui va faire appel à des vacataires pour remplacer les instits malades. Pourquoi supprimer des milliers de postes mais recruter par ailleurs des personnes dont on ne sait même pas s’ils seront formés à l’enseignement ?

On reproche souvent aux enseignants d’être réfractaires aux réformes, vous êtes pourtant aussi critique face au système éducatif actuel…
L’idée n’est pas d’être seulement dans le dénigrement. On veut aussi montrer qu’on peut proposer des alternatives, qu’on est capables d’avoir des réponses adaptées. Oui au changement, mais en concertation avec les enseignants, sinon il y a un décalage avec la réalité.
On est confrontés à des tas de problèmes dont nous n’avons pas forcément les réponses, surtout par manque de formation. Celle que l’on reçoit dans les IUFM est largement insuffisante et pas assez adaptée aux exigences du terrain, mais là-dessus le Ministère a baissé les bras. Si on continue comme ça, on va aggraver la situation des élèves en difficulté. Et ça, c’est très dangereux.

Votre lettre a beaucoup de succès sur Internet. Votre blog reçoit d’ailleurs plus de 4 000 visiteurs par jour. Vous y attendiez-vous ?

Je ne pensais pas que ça aurait un tel écho. Mais ce n’est pas parce qu’elle est beaucoup diffusée qu’il va se passer quelque chose. Il faut désormais que les enseignants se mobilisent, qu’ils assument leur résistance. Dans l’idéal, il faudrait que des milliers de lettres similaires soient envoyées. C’est le seul moyen d’avoir un vrai rapport de force constructif avec le Ministère.

Lundi, vous avez d’ailleurs déjà été convoqué par l’Inspection Académique…

Oui, et c’est justement le Ministère qui a demandé à ce qu’une enquête soit ouverte afin que l’Inspection Académique puisse faire un rapport. L’Education Nationale a par  ailleurs lancé un appel d’offre afin de structurer une veille sur les opinions qui circulent sur Internet. Ca montre bien qu’ils ont peur que ça explose !

N’avez-vous pas peur d’être sanctionné ?

Je suis prêt à assumer une sanction raisonnable, mais n’accepterais pas une sanction qui remette en cause mon avenir dans l’Education Nationale.

Nos collègues de la Haute Garonne nous demandent d’envoyer de nombreuses lettres soutenant Alain Refalo

Aucune SANCTION ne doit être prise à son encontre !!!!!

Voici l’adresse de l’inspecteur d’Académie du 31

M BAGLAN
Inspecteur d’ Académie de la Haute-Garonne
cité administrative bat f
bd Armand Duportal
BP 636

31003 toulouse CEDEX

http://www.ac-toulouse.fr/web/104-inspection-academique-de-la-haute-garonne.php

Ce contenu a été publié dans Appels, presse, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Solidarité avec Alain Refalo : Je refuse d’obéir !

  1. Denarnaud dit :

    Absolument solidaire de notre collègue. Je serais très choquée si A Refalo, qui s’insurge contre la mise à sac et le dévoiement du service public était sanctionné de quelque manière que ce soit. Je pense que la protestation ne s’arrêterait pas là. Les fonctionnaires que nous sommes n’oublient pas que l’obéissance aveugle à des consignes dangereuses a donné de bien fâcheux exemples par le passé. Heureusement qu’il y a eu et qu’il y aura encore résistance des citoyens face à des mesures iniques (Base-élèves qui fiche les enfants scolarisés, arrestation des enfants de sans-papier,…)

  2. sophie dit :

    bonjour et merci pour vos résistances!
    je suis animatrice jeunesse et suis de près aussi tous ces mouvements
    L’éducation populaire meurt tranquillement…

    J’ai une question: que pensez vous du PRE programme de réussite éducative??
    Je dois y travailler, je ne sais que en penser

    Il peut être intéressant s’il est bien mis en oeuvre: accompagnement par des activités extrascolaires …

    Mais attention à la nomination des enfants! à la stigmatisation!

    Merci de me donner des avis

  3. John Illingworth dit :

    My apologies for writing in English but my French is not good enough to do justice to your cause.

    I have just heard of your battle with the french government and hope the outcome of your disciplinary hearing will be a good one.

    In Enland we know all too well how our Government has damaged the education of children by imposing a curriculum and teaching methadologies which fail children. Unlike you, we didn’t do enough to fight the changes. Now our children suffer.

    I applaud your stand and I know many of my collegues here would want to send our solidarity to you. Your efforts to defend good education are recognised here too.

    Please let us know if there is anything we can do to help.

    In solidarity,

    John Illingworth
    Former President of the National Union of Teachers (2001-2002)

  4. Mme BREMOND dit :

    Juillet . . . les vacances . . . ( les « grandes » ) et la sanction dégringole . . . J’espère qu’à la rentrée les collègues n’oublieront pas cette scandaleuse affaire et ne manqueront pas de crier haut et fort dans les rues de France que justice devra être faite . . .
    Mes pensées vous accompagnent , Alain !

    Béatrice , directrice en ZEP , à la retraite ( depuis 10 ans . . . déjà ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *