Des ARGUMENTS pour les rencontres, audiences, interview…

1. « Les personnels des RASED ont  refusé d’être évalués » disent ceux qui supportent le gouvernement.

C’est faux !

D’abord, ils n’avaient pas le pouvoir d’un tel refus et ils étaient évalués : individuellement dans le cadre de l’inspection, collectivement si l’inspection était bien faite , en equipe RASED ou au travers des Comptes-rendus de projet de RASED et des « audits »  des IEN qui se donnaient la peine de piloter correctement leurs équipes .

De plus, une évaluation nationale a été organisée il y a quelques années sous l’appellation « valorisation des RASED ». Le résultat de cette évaluation dont les IEN étaient les relais au niveau des circonscriptions, n’a jamais été porté à la connaissance des personnels. Par contre les rapports par circonscription étaient plutôt positifs.

Lors du « grand débat sur l’école » mené sous la responsabilité de M.Thélot, l’appréciation des parents et enseignants sur les RASED était majoritairement favorable.

On peut se demander où les inspecteurs généraux sont allés chercher leurs données conduisant à dire que le dispositif n’était pas suffisamment efficace  car aucune enquête de terrain n’a été  réalisée à ma connaissance.

On peut ajouter que les personnels spécialisés « diplômés » ont passé un examen au cours duquel leur compétence à exercer a été validée par un jury composé entre autre de 2 représentants de l’Administration (IEN spé et IEN). Le plus souvent, les rapports d’examen ont été très positifs pour les candidats reçus.

2. « Le gouvernement a fait le choix d’expérimenter une nouvelle façon d’aider les élèves en difficulté »

C’est encore une erreur ! ou pire…



En effet, le système d’aide personnalisée telle que préconisée dans les 2 heures hebdomadaires a déjà existé et existait encore avant la mise en place de ces 2 h.


Il avait plusieurs cadres d’organisation :

-l’aide personnalisée apportée en petit groupe en utilisant l’apport de la présence d’un maître supplémentaire : maître REP, maître d’une classe de PS au moment de la sieste

-l’aide personnalisée apportée en petit groupe en utilisant l’apport de la présence d’un aide éducateur (puis d’un emploi vie scolaire) qui s’occupait d’accompagner l’essentiel de l’effectif de la classe dans le travail préparé par le maître.

-l’aide personnalisée apportée dans le cadre des ateliers de maternelle , en utilisant l’apport des ATSEM ou parents qui s’occupaient d’accompagner les enfants dans les activités des ateliers appelant moins d’intervention pédagogique immédiate.

-l’aide personnalisée apportée dans le cadre de projets faisant intervenir au même moment des intervenants extérieurs ( projets culturels par exemple), des membres du RASED et des maîtres .

Ainsi, ce que le gouvernement dit vouloir expérimenter est déjà en place dans les écoles et, si les résultats du système scolaire français n’est pas celui attendu, la solution n’est sans doute pas dans cette aide personnalisée qui , pas plus qu’aucun autre dispositif isolé, n’a pas montré sa capacité à faire disparaître la difficulté scolaire.

3. « Les aides du RASED ne permettent aux élèves que d’être aidés que 3 à 30 fois 45 minutes dans l’année ».

Toujours Faux !

En effet , pour les élèves aidés par les maîtres E , la fréquence de 2 à 3 séances par semaine est une pratique courante. Dans le cas contraire, cela relève soit d’un choix psycho-pédagogique, soit d’une carence de personnels dont les RASED ne peuvent pas être tenus responsables, soit d’une consigne hiérarchique .
Pour les élèves aidés en rééducation, le processus rééducatif  conduit à choisir le plus souvent la fréquence d’une séance par semaine. Cela se justifie d’un point de vue théorique.
On peut encore regretter que les rééducateurs maîtres G qui souhaitaient organiser 2 séances ou plus par semaine en aient été empêchés par leur nombre insuffisant pour répondre aux exigences de couverture géographique imposées par les IEN. Idem pour les Psy scolaires qui ne peuvent réaliser qu’une partie des missions précisées dans la circulaire de 2002 les concernant.

4 .« Le dispositif n’a pas suffisamment prouvé son efficacité ».

Pourquoi pas?

Je ne reviens pas dans ce point sur les indicateurs d’efficacité ( voir en 1)
Je reprendrai par contre l’aspect quantitatif et celui du partenariat entre membres de RASED d’une part et entre RASED et enseignants et parents d’autre part.

Pour fonctionner correctement, les personnels d’un RASED doivent pouvoir réfléchir en équipe autour des situations car celles des élèves qui leur sont confiées sont complexes ou compliquées( d’où leur résistance à l’aide pédagogique même différenciée du maître de la classe ). Hors, de trop nombreux RASED étaient incomplets, mobilisés sur trop d’écoles ou de communes , et cette réflexion pluridisciplinaire ou partenariale était souvent réduite voire impossible . Par cette carence dont la responsabilité en revient à l’administration, l’efficacité attendue était déjà rendue difficile voire inatteignable.

5. « Le gouvernement a fait le choix d’aider les élèves en difficulté dans leur classe »

Bien sûr !!

Pour moi, il faut insister sur l’analyse des faits qui montre que c’est dans un travail se réalisant dans un  cadre autre que celui de la classe que certains enfants peuvent retrouver les compétences nécessaires à retrouver ensuite l’efficience dans les activités de la classe.
Le cadre de la classe empêche que se réalise le processus nécessaire à l’acquisition des compétences cognitives, affectives, psychiques, etc., qui font défaut ou  qui ne s’expriment pas et qui ont motivé la demande d’aide du RASED.

Il faut insister sur le fait que c’est parce que ce qui a été essayé dans la classe ou dans l’école n’a pas marché que le recours au RASED a été décidé .

Il faut insister sur le fait que c’est parce que l’enfant ne profite plus suffisamment de ce qui lui est apporté dans la classe qu’il est décidé , à la demande de son maître et en accord avec la famille, de lui proposer un travail complémentaire hors la classe. Il n’est donc pas pénalisé par cette sortie temporaire de la classe.

6. « Les maîtres spécialisés exerceront leurs compétences et leurs missions dans une classe ».

Mépris?

Ce qui vient d’être rappelé en 4 indique d’emblée en quoi cette phrase est insensée. L’un des caractères spécifiques d’une aide spécialisée pédagogique ou rééducative , c’est de faire appel à un autre cadre que celui de la classe pour pouvoir être organisée, mise en œuvre, investie par l’enfant et réalisée en toute sécurité psychique pour celui –ci.
( Je vous propose une autre métaphore que celle du pompier : celle du chirurgien…
Imaginez- vous un chirurgien exercer la chirurgie dans le cadre « sédentarisé » d’un cabinet et d’une consultation de généraliste ? Brrr, j’en frémis, ça fait chirurgie de guerre et ça n’a rien d’emballant car on meure beaucoup dans les hôpitaux dits de campagne ( Attention : rien à voir avec la province !)

C’est aussi pourquoi je nous invite à ne pas trop insister sur le travail de co-animation que nous pouvons mener dans les classes. Si cette pratique fait partie des activités des membres de RASED, notamment parmi les pratiques de prévention primaire, ce n’est pas ce qui fonde l’originalité de nos spécificités.
Ce n’est pas dans cette forme d’intervention  souvent appréciée des maîtres et IEN que sont le mieux à l’œuvre les principes théoriques et les médiations pratiques qui nous ont été enseignés en Formation spé.  ainsi que  dans les  espaces de formation continue que nous nous sommes donnés.

Nous pouvons aussi rappeler à nos interlocuteurs la carence de l’état en terme de formation continue. Si une amélioration des résultats des RASED était nécessaire, l’organisation de la formation continue spécifique telle que prévue par les textes officiels aurait pu y contribuer. Malheureusement , elle a le plus souvent été abandonnée par l’administration.

C’est l’honneur des personnels de RASED d’avoir tenté de pallier à cette lacune en organisant eux-mêmes, souvent à leurs frais,  des sessions de FC.

Ce contenu a été publié dans outils, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *