Contribution des Alpes Maritimes : un texte écrit par un maître E du 06

Et si la résistance c’était ça…

Dans la cour, un jour de cantine presque ordinaire, un maître affairé à organiser le service et les groupes de tennis…

Un maître également presque ordinaire, à une petite spécialisation près et à un gilet jaune qu’il avait déjà oublié… et une élève de CE2, Anne-Laure qui voudrait en savoir un peu plus…

Pourquoi tu as un gilet jaune ???

Mince pas trop le temps d’expliquer… eh ben tu sais les réformes tout ce qui va changer dans l’école, ça nous inquiète…

Mais elle ne démord pas, la connaissant, je ne m’en étonne pas…

c’est quoi qui va changer ?

Aie… un exemple marquant pour gagner un peu de temps, le prof de tennis s’impatiente… par exemple, les maîtres comme Céline et moi qui viennent prendre les élèves dans les classes pour les aider et bien il n’y en aura peut-être plus…

Mais qui c’est qui va nous aider alors, toi tu m’as bien aidé avant ?

Et mon frère il a besoin d’aide aussi…

C’est justement ce qui nous inquiète.

Mais tu vas aller où toi alors ?

Je ne sais pas trop encore…

(Sa copine Romane très expérimentée, rééducation + adaptation et qui s’en est sortie grâce à un grosse bonne volonté) : Tu prends la retraite alors…

Mais non c’est pas un papi quand même !!! (Merci Anne-Laure).

Une des trois copines au moins, celle que le réseau connaît un peu mois bien, paraît rassurée. Elle vient de comprendre en quoi l’école est en danger, elle qui pensait que les murs aller s’effondrer ou qu’elle allait être attaquée par des ennemis encore invisibles. C’est toujours ça, encore qu’elle ne soit pas si loin que ça de la vérité !!

Anne-Laure : en tout cas, je serai là pour te dire « envoir » quand tu partiras…

Ne t’inquiète pas Anne-Laure, l’année est encore longue et puis les choses peuvent changer… Zut le prof de tennis s’est tiré !

Oui mais moi je serai là quand tu partiras et je vais demander à ma mère qu’elle m’achète un gilet jaune.

Grosses larmes…vraie peine… soutenue par ses deux amies…

Et là, pauvre que je suis, moi qui me serais senti l’âme de faire entendre raison à Darcos et à toute sa clique, de discourir et d’argumenter sans faillir devant une foule préoccupée à juste titre par l’enseignement et l’accueil de leurs petits les jours de grève… RIEN…RIEN !!!

Si, juste… oui c’est une bonne idée, achète–toi un gilet jaune.

Ce contenu a été publié dans textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *